Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Logement

Projet de loi Elan : la dérégulation à l’oeuvre ?

Publié le 05/06/2018 • Par Delphine Gerbeau • dans : A la une, actus experts technique, France

denormandie-mezard-elan-une
Capture d'écran LCP-AN
Le projet de loi portant évolution du logement, de l'aménagement et du numérique est examiné depuis le 30 mai et devrait être voté le 6 juin à l'Assemblée nationale. Si la colonne vertébrale du texte - la réforme du mouvement HLM, la vente des logements sociaux,... a suscité de vifs débats, d'autres dispositions moins visibles, ont créé de de grosses polémiques. Zoom sur les points chauds.

Cet article fait partie du dossier

La Loi Elan décryptée

« Nous voulons créer de nouvelles opportunités, lever les verrous de l’activité dans la construction et la rénovation du parc bâti, redonner confiance aux acteurs, lutter contre les fractures territoriales et accompagner une société en mouvement » : c’est ainsi que le député Richard Lioger (LREM), co-rapporteur du projet de loi Elan, a résumé l’esprit du projet de loi en ouverture des débats le 30 mai dernier.

Plus de 3 000 amendements ont été déposés sur ce texte, un record, et les travaux ont été menés au pas de charge, avec des débats vifs, notamment sur les dispositions touchant à la mixité sociale, à la réforme du tissu des bailleurs sociaux…

Alors que l’examen du texte est en passe de s’achever, de nombreux acteurs restent cependant sur  leur faim. Ils se sont d’ailleurs vu écarter de certains dispositifs, au nom de la simplification et de l’accélération des projets, arguments régulièrement brandis par le ministre Jacques Mézard et son secrétaire d’Etat Julien Denormandie.

Les collectivités à l’écart des réformes du monde HLM

Les associations d’élus se sont, elles, battues en amont du projet de loi au sujet de la gouvernance des politiques du logement social. Deux points notamment ont été défendus et d’abord celui concernant la vente des logements HLM, prévue à l’article 29, que le gouvernement veut faire passer  de 8 000 à 40 000 par an.

Le député de Seine-Saint-Denis, Stéphane Peu (PC) a défendu un amendement selon lequel la vente de logements HLM autorisée par le préfet, devrait obtenir un avis conforme du maire  – aujourd’hui l’avis est simple. Pour Stéphane Peu,

« C’est un minimum que de demander l’avis de celui qui se trouve au plus près de la réalité, qui connaît l’entourage, le voisinage, le bâtiment, la population qui y vit, son histoire, les problèmes qu’il a éventuellement déjà rencontrés. Le maire sait si l’opération de mise en vente est une bonne ou une mauvaise idée. Il doit pouvoir donner son avis ».

L’amendement a finalement été rejeté, et le droit de préemption des mairies sur ces logements mis en vente supprimé.

Par ailleurs, toujours pour encourager la vente HLM, les logements sociaux vendus resteront comptabilisés 10 ans comme logements sociaux au titre des 25% de la loi SRU, et non cinq ans comme c’est aujourd’hui le cas.

Plusieurs amendements ont été discutés pour interdire la vente de logements HLM dans les communes ayant moins de 25%  de logements sociaux, ou en constat de carence par rapport à cet objectif. Ils ont été, in fine, rejetés.

Concentration à venir

Sur la réorganisation du mouvement HLM, l’article 25 crée une nouvelle obligation pour

Article réservé aux abonnés Gazette
i

Contenu réservé aux abonnés

  • Gazette des communes
  • Club Techni.Cités

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous à La Gazette

Cet article n’est pas disponible dans l’offre d’essai du club. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au à La Gazette

Votre offre d’essai est arrivée à terme. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au à La Gazette

S'abonner Déjà abonné ? connexion

Cet article est en relation avec le dossier

1 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

Projet de loi Elan : la dérégulation à l’oeuvre ?

Votre e-mail ne sera pas publié

Henri Tanson

06/06/2018 07h25

Après l’élection présidentielle, le paysage politique français a été transformé en champ de ruines.
Après cinq ans de Macron, c’est la société française qui sera transformée en champ de ruines.
La société, le territoire. Merci la dérégulation, la libre concurrence, la privatisation…
Merci la Commission européenne et ses Recommandations par pays.

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement