En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X

Club RH

2

Commentaires

Réagir

Fonction publique

Télétravail dans la fonction publique : qui ? comment ? quelle prise en charge ? – Les pistes de la DGAFP

Publié le • Par • dans : A la une, A la une emploi, A la Une RH, Actu Emploi, France, Toute l'actu RH

2

Commentaires

Réagir

teletravail-une © Flickr by CC Bob August

Dans un document de travail en vue d’une réunion de l’agenda social lundi 8 juin, la direction générale de l’administration et de la fonction publique (DGAFP) détaille les modalités possibles pour le télétravail dans la fonction publique. Revue de ce que dit le projet de décret.

 

Quoi ?

Selon la définition adoptée par la DGAFP, le télétravail désigne toute forme d’organisation du travail dans laquelle un travail qui aurait également pu être exécuté dans les locaux de l’employeur est effectué par un agent hors de ces locaux de façon régulière et volontaire, en utilisant les technologies de l’information et de la communication.

Où ?

Il se pratique au domicile de l’agent ou, le cas échéant, dans des locaux professionnels distincts de son lieu d’affectation.

Qui ?

La quantité de télétravail serait plafonnée à trois jours par semaine.
Mais, selon la version provisoire du décret, certains agents pourraient, sur proposition du médecin de prévention, bénéficier de davantage de jours :

  • les travailleurs reconnus handicapés,
  • les femmes enceintes,
  • les agents réintégrés après un congé de longue maladie ou de longue durée,
  • les agents souffrant de pathologies particulières déterminées par le médecin de prévention.

Comment ?

Pour bénéficier du télétravail, un agent devra adresser une demande écrite. Et l’autorisation serait accordée « sous réserve de la conformité du domicile de l’agent aux normes en matière d’hygiène et de sécurité et de la compatibilité des installations électriques, téléphoniques et d’accès à internet, avec les activités exercées en télétravail » telle que prévue par la délibération de l’assemblée délibérante (pour les territoriaux).

Quelle durée ?

Le télétravail serait accordé pour un an maximum, renouvelable après entretien avec le supérieur hiérarchique direct qui émet un avis.
A noter : l’autorisation de télétravail serait réversible. L’arrêté individuel ou l’avenant au contrat de travail pourrait prévoir une période d’adaptation de trois mois, pendant laquelle chacune des parties peut mettre fin à cette forme d’organisation du travail, par écrit et moyennant un délai de prévenance d’un mois.
Mais il peut aussi être mis fin au télétravail, en dehors de cette période d’adaptation, à tout moment et par écrit, à l’initiative de l’administration ou de l’agent, moyennant un délai de prévenance de deux mois, précise le projet de décret.

Quelle prise en charge ?

Dans sa version provisoire, le projet de décret précise que l’employeur « prend en charge les coûts découlant directement de l’exercice du télétravail, notamment le coût des matériels, logiciels, abonnements, communications et outils ainsi que de la maintenance de ceux-ci ».

C’est une délibération de l’employeur qui précise notamment :

  • les modalités de prise en charge,
  • mais aussi les modalités de formation aux équipements et outils nécessaires à l’exercice du télétravail,
  • les modalités de contrôle et de comptabilisation du temps de travail,
  • les activités éligibles au télétravail,
  • les conditions de compatibilité des installations électriques, téléphoniques et d’accès à internet avec les activités exercées en télétravail,
  • le cas échéant, la liste et la localisation des locaux professionnels mis à disposition par l’administration pour l’exercice du télétravail, le nombre de postes de travail qui y sont disponibles et leurs équipements.

Pour la déclination par agent, le projet de décret prévoit un arrêté individuel ou un avenant au contrat de travail signé par l’agent et le chef de service ou l’autorité territoriale compétente (…) qui précise notamment, outre les activités, le lieu d’exercice, etc., « les plages horaires durant lesquelles l’agent exerçant ses fonctions en télétravail est à la disposition de son employeur et peut être contacté ».

Haut de page

2

Commentaires

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

2 Commentaires

Ajouter un commentaire
  1. 1. Henri Tanson 05/06/2015, 10h34

    De la question de la gestion intelligente des Ressources humaines.
    De la gestion, tout court.
    D'expérience, elle a besoin de progresser, ou même simplement, d'exister.
    Y'a du boulot dans les collectivités locales.

  2. 2. MARIOS80 05/06/2015, 09h18

    Pour ma part, je suis favorable au développement du télétravail dans la fonction publique.
    D'autant, que durant mon congé longue maladie, j'avais souhaité continuer à travailler. Et, qu'il n'est pas toujours simple de se rendre au bureau (baisse de tonus...).
    Mais, j'avoue que si j'avais eu la possibilité 2 à 3 fois par semaine de rester à domicile tout en continuant mon activité professionnelle, cela aurait été appréciable.
    Mais attention à ne pas vouloir, comme beaucoup d'autres mesures, généraliser à l'ensemble des missions publiques qui pour certaines nécessitent une présence hebdomadaire au bureau.

  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.