Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club RH

Ressources humaines

Polices municipales : recruter est devenu un sport de combat

Publié le 29/01/2019 • Par Florence Roux • dans : A la Une prévention-sécurité, Actu experts prévention sécurité, France, Toute l'actu RH

Policiers_municipaux,_Strasbourg_-_avril_2014
Kevin. B [CC BY-SA 3.0 Wikimedia Commons
Depuis les attentats de 2015, les difficultés à recruter des policiers municipaux se sont accentuées. Les villes, qui font face à une forte concurrence, cherchent des solutions afin de capter les talents et d’enrayer le turn-over.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

De nombreuses villes peinent à recruter des policiers municipaux (PM), en particulier depuis les attentats de 2015. Les effectifs du secteur ont bondi de 18 000 à 23 390 agents entre 2014 et 2016, avec des ouvertures de postes qui ont augmenté de 1 272 à 2 114 (en 2017), quand le concours de gardien-brigadier, au contraire, comptait de moins en moins de candidats. Résultat : selon le panorama de l’emploi territorial de juin 2018, le métier est le quatrième le plus en tension de la fonction publique territoriale. Sur le terrain, les villes confirment le malaise et cherchent des voies alternatives.

Parallèlement à la désaffection du concours, il faut aussi compter avec le turn-over, notamment des jeunes agents, dans les trois ans suivant leur recrutement. « Nous formons des policiers municipaux qui sont ensuite recrutés par les grandes communes, résume Robert Beneventi, maire d’Ollioules [150 agents, 7 PM, 13 600 hab., Var]. Ces villes nous payent tout ou partie du coût de la formation initiale d’application [FIA]. Mais, au-delà de la question financière, il faudrait que le policier s’engage lui-même à rester au moins trois ans. »

Face à ce phénomène mais aussi à la mobilité des policiers qui ont plus le choix qu’avant, par exemple en région parisienne et en Paca, les collectivités s’orientent vers la mutation et vers les emplois réservés à d’anciens militaires, tels les gendarmes, dispensés du concours (lire ci-dessous).

Article réservé aux abonnés Gazette
i

Contenu réservé aux abonnés

  • Gazette des communes
  • Club prévention - sécurité

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous à La Gazette

Cet article n’est pas disponible dans l’offre d’essai du club. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au au Club RH

Votre offre d’essai est arrivée à terme. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au au Club RH

S'abonner Déjà abonné ? connexion
Réagir à cet article

Aujourd'hui sur le Club RH

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Polices municipales : recruter est devenu un sport de combat

Votre e-mail ne sera pas publié

Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement