Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club prévention sécurité

  • Accueil
  • Non classé
  • Un agent de police municipale peut-il contraindre une personne voilée à quitter un lieu affecté à un service public?

Laïcité

Un agent de police municipale peut-il contraindre une personne voilée à quitter un lieu affecté à un service public?

Publié le 15/10/2012 • Par Delphine Gerbeau • dans : Réponses ministérielles, Réponses ministérielles prévention-sécurité

Non. La loi n°2010-1192 du 11 octobre 2010 interdisant la dissimulation du visage dans l’espace public ne comporte aucune disposition permettant de refuser l’accès à un lieu affecté à un service public à une personne se dissimulant le visage. Elle n’autorise pas, non plus, à la contraindre à quitter les lieux. La loi ne sanctionne que la dissimulation du visage dans l’espace public.

Ce n’est que dans des cas limitatifs prévus par la loi tels que les lieux publics dans lesquels la sécurité des biens et des personnes a vocation à être particulièrement protégée, notamment les gares, les aéroports (Cour européenne des droits de l’homme, «Suku Phull c/ France», 11 janv. 2005, req. n° 35753/03), les consulats (Conseil d’Etat, 7 décembre 2005, req. n°264464), que l’accès à un lieu affecté à un service public peut être refusé à une personne se dissimulant le visage.

En effet, s’agissant par exemple du port d’un vêtement religieux, selon l’article 9 de la Convention européenne de sauvegarde des droits de l’homme et des libertés fondamentales du 4 novembre 1950, la liberté de manifester sa religion ou ses convictions ne peut faire l’objet d’autres restrictions que celles qui, prévues par la loi, constituent des mesures nécessaires, dans une société démocratique, à la sécurité publique, à la protection de l’ordre, de la santé ou de la morale publiques, ou à la protection des droits et libertés d’autrui.

En l’état actuel du droit, nul ne peut légitimement exercer une contrainte physique à l’encontre d’une personne dissimulant son visage afin de lui refuser l’accès à un établissement ouvert au public ou la faire quitter ce lieu, y compris de faire ôter le vêtement qui dissimule le visage. Un agent de service public constatant la présence d’une personne dont le visage est dissimulé dans un établissement ouvert au public ne peut qu’inviter cette personne à retirer le vêtement ou l’accessoire lui cachant le visage ou, en cas de refus, l’inviter à quitter le lieu. Il peut également avertir un officier de police judiciaire de la police nationale ou de la gendarmerie nationale territorialement compétent aux fins de faire cesser le trouble qui serait occasionné.

L’agent de police municipale, en sa qualité d’agent de police judiciaire adjoint conféré par l’article 21 du Code de procédure pénale, n’est habilité, aux termes de l’article 78-6 du CPP, qu’à relever l’identité des contrevenants pour dresser des procès-verbaux concernant trois domaines: les contraventions à un arrêté de police du maire (contraventions de 1re classe), les contraventions au Code de la route (sous réserve de restrictions prévues à l’article L.2212-5 du Code général des collectivités territoriales) et les contraventions qu’il peut constater en vertu d’une disposition législative expresse.

La loi n°2010-1192 du 11 octobre 2010 interdisant la dissimulation du visage dans l’espace public ne prévoyant aucune disposition qui permette à un agent de police judiciaire adjoint de relever l’identité du contrevenant, l’agent de police municipale ne peut donc que rendre compte immédiatement de cette contravention à tout officier de police judiciaire de la police nationale ou de la gendarmerie nationale territorialement compétent en vertu de l’article 21-2 du Code de procédure pénale. Seul cet officier de police judiciaire peut établir un procès-verbal de contravention à l’encontre de la personne dissimulant son visage.

Dans le cas où la personne refuse de se prêter au contrôle d’identité nécessaire à l’établissement du procès-verbal et si son identité ne peut être établie par un autre moyen, l’officier de police judiciaire peut la conduire dans des locaux de police ou de gendarmerie pour y procéder à une vérification d’identité dans le cadre de la procédure de l’article 78-3 du Code de procédure pénale.

Cette procédure de l’article 78-3 constitue la seule forme de contrainte susceptible d’être exercée sur la personne concernée pour lui faire quitter un lieu affecté à un service public. Dès lors, il ne paraît pas envisageable que les agents de police municipale puissent disposer d’un pouvoir de contrainte plus étendu que celui existant pour les officiers de police judiciaire de la police nationale ou de la gendarmerie nationale dans le cadre de cet article 78-3 du Code de procédure pénale.

Par ailleurs, selon le Conseil constitutionnel (10 mars 2011, n°2011-625 DC), confier le pouvoir de contrôle et de vérification d’identité à des agents de police municipale, qui ne sont pas à la disposition des officiers de police judiciaire mais relèvent des autorités communales, est contraire à l’article 66 de la Constitution, selon lequel la police judiciaire doit être placée sous la direction et le contrôle de l’autorité judiciaire.

Cet article est en relation avec le dossier

Domaines juridiques

Réagir à cet article Vous avez une question ? Posez-la à notre juriste

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club prévention-sécurité

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Un agent de police municipale peut-il contraindre une personne voilée à quitter un lieu affecté à un service public?

Votre e-mail ne sera pas publié

USPPM

15/10/2012 03h40

Selon le Conseil constitutionnel (10 mars 2011, n°2011-625 DC) confier le pouvoir de contrôle et de vérification d’identité à des agents de police municipale, qui ne sont pas à la disposition des officiers de police judiciaire mais relèvent des autorités communales, est contraire à l’article 66 de la Constitution, selon lequel la police judiciaire doit être placée sous la direction et le contrôle de l’autorité judiciaire.
OUI MAIS

Art. 21-2. du Code de Procédure Pénale – Sans préjudice de l’obligation de rendre compte au maire qu’ils tiennent de l’article 21, les agents de police municipale rendent compte immédiatement à tout officier de police judiciaire de la POLICE NATIONALE ou de la GENDARMERIE NATIONALE TERRITORIALEMENT COMPÉTENT de tous crimes, délits ou contraventions dont ils ont connaissance.

« Ils adressent sans délai leurs rapports et procès-verbaux simultanément au maire et, par l’intermédiaire des officiers de police judiciaire mentionnés à l’alinéa précédent, au procureur de la République. »

Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement