Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Coronavirus

Le plan communal de sauvegarde, une arme efficace

Publié le 03/04/2020 • Par Isabelle Verbaere • dans : Actu experts prévention sécurité, France

covid19-1
Wladimir1804 / AdobeStock
Moins d'un tiers des communes a l'obligation d'élaborer un plan communal de sauvegarde. Mais celles qui en ont un semblent mieux faire face.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

A Fourques (2 900 hab., Var), l’annonce du confinement presque total de la population le 16 mars, n’a pas pris les élus de cours. Et pour cause, ce scénario avait été anticipé dans le cadre du plan communal de sauvegarde (PCS), élaboré dès 2004, un an après la crue monstre du Rhône. Après le volet « inondation », les risques de canicule, les transports de matières dangereuses et la pandémie grippale, critère ajouté en 2009 après la crise sanitaire de la grippe H1N1, ont été intégrés dans le PCS. « Mais nous avions prévu la mesure de confinement dans le volet risque d’accident nucléaire, se félicite Nadine Castellani, ex-adjointe chargée des risques [sans étiquette] en responsabilité jusqu’au 15 mai. Et cela nous aide à gérer cette crise, notamment, afin de communiquer auprès de la population confinée pour l’informer. Grâce au système de télé-alerte en masse, le maire a pu, à deux reprises, adresser un message à tous les habitants pour relayer les mesures prises par la préfecture et la commune. »

L’arbre qui cache la forêt

Patrick Janolin, maire (PS) du Versoud (4 800 hab. Isère), se félicite, lui aussi, d’avoir ajouté un volet « pandémie grippale » dans son PCS. « Cela nous a permis de contacter rapidement 350 habitants vulnérables que nous avions identifiés et de leur proposer la livraison de leurs courses et de leurs médicaments », détaille-t-il. Toutefois, après le fiasco de la campagne de vaccination contre la grippe H1N1, peu de communes s’étaient mobilisées pour faire face à une pandémie… Même celles qui disposent d’un PCS. Aujourd’hui, seules deux catégories de communes se voient imposer cet outil opérationnel : celles qui disposent d’un plan de prévention des risques approuvé et celles qui sont comprises dans le champ d’application d’un plan particulier d’intervention. Plus de 12 274 sont concernées par cette obligation et 77 % ont réalisé leur PCS au 1er janvier 2019 (1).

[60% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes, Club Prévention-Sécurité

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Découvrez nos formules et accédez aux articles en illimité

Je m’abonne

Cet article est en relation avec le dossier

Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Le plan communal de sauvegarde, une arme efficace

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement