Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Insertion

Un tour de France pour l’emploi des jeunes via le sport

Publié le 09/07/2020 • Par Rouja Lazarova • dans : France

banlieue-sport-equipement-sportif-quartier-jeune
Adobe Stock
L’Agence pour l’éducation par le sport (APELS), en partenariat avec l’Association des maires de France, lance ce jeudi 9 juillet l’opération « L’équipe de France Espoir ». Une trentaine d’événements seront organisés sur le territoire national d’ici la fin de l’année afin de remobiliser les jeunes par le sport, alors qu’ils ont souffert du confinement et qu’une grave crise sociale les menace. Première étape : la ville de Troyes, administrée par François Baroin, le président de l’AMF.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

« A partir du moment où l’Association des maires de France devenait partenaire de L’équipe de France Espoir, il y avait une forme d’évidence à lancer l’opération à Troyes », estime Didier Leprince, conseiller communautaire (LR) de Troyes Champagne Métropole (170 000 habitants). Ainsi, le stade de Songis accueille ce 9 juillet la première étape de ce tour de France en faveur de la remobilisation et de l’insertion des jeunes, qui risquent d’être la principale victime de la crise sociale annoncée.

L’insertion professionnelle par le sport

Au programme : une matinée de pratiques sportives (foot, basket, capoeira, breakdance), au cours de laquelle une centaine de jeunes sont répartis en petits groupes de six, encadrés par un coach sportif, et une après-midi de rencontres avec les acteurs locaux de l’emploi : Pôle emploi, la Mission locale, le Centre de formation des apprentis du bâtiment et des travaux publics, ENEDIS, la Marine nationale, l’Armée de terre. « Il s’agit d’abord de repérer des qualités de ces jeunes grâce au sport, comme la persévérance, la solidarité, la détermination, et ensuite, de les motiver à s’inscrire dans une démarche vers l’emploi », assure Jean-Philippe Acensi, fondateur d’APELS, à l’origine du projet. « Le but n’est pas de leur trouver un emploi à la fin de la journée, mais de les sensibiliser et remobiliser », ajoute Didier Leprince.

Redonner confiance

« Les jeunes de nos quartiers ont beaucoup souffert du confinement. Ils sont restés enfermés pendant deux mois. L’idée de cette journée est de mettre en valeur leurs compétences révélées grâce au sport, et de leur redonner confiance », estime, quant à elle, Brigitte Eude, maire adjointe au sport (sans étiquette) de Torcy (23 600 habitants) qui accueillera la deuxième étape de L’équipe France Espoir. Elle attend une soixantaine de jeunes et concède que la date a été mal choisie – le 13 juillet. Ainsi, seule une entreprise locale sera présente à l’événement.

Le rôle fédérateur des collectivités

Une trentaine d’autres villes devraient accueillir ce tour de France dédié à la jeunesse : Roubaix, Mulhouse, Hérouville-Saint-Clair, Calais… Jean-Philippe Acensi espère toucher 3000 à 4000 jeunes. Il bénéficie du parrainage de grandes figures du sport français, telles Gaël Fickou (rugby), Muriel Hurtis (athlétisme) ou Mahyar Monshipour (boxe). Didier Leprince précise : « Les collectivités territoriales jouent un rôle fédérateur. Elles mobilisent tous les acteurs concernés : les entreprises, les associations, les clubs sportifs. Elles assurent la logistique et la sécurité. »

L’APELS bénéficie du soutien financier de plusieurs ministères – du travail, des sports, de la cohésion des territoires – et de l’Agence nationale de la cohésion des territoires, à hauteur de 700 000 euros.

 

Thèmes abordés

Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Un tour de France pour l’emploi des jeunes via le sport

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement