[INTERVIEW] Pierre-Franck Chevet

Nucléaire : « Dans la culture du risque, il faut mettre les sujets sur la table »

| Mis à jour le 28/11/2018
Par • Club : Club Techni.Cités

ASN/Vincent Bourdon

Alors que le nucléaire en France entre dans une période marquée par des dossiers sensibles sur lesquels élus locaux et société civile veulent avoir leur mot à dire, rencontre avec Pierre-Franck Chevet, ex-président de l’Autorité de sûreté nucléaire.

Il a, pendant six ans, combattu la « petite musique consistant à considérer que Fukushima était un accident typiquement japonais et que la page était tournée ». Le mandat, non renouvelable, de Pierre-Franck Chevet à la présidence de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) s’est achevé le 12 novembre. Cet X-Mines de 57 ans y a commencé sa carrière en 1986… quatre mois après la catastrophe de Tchernobyl. Il est passé par les cabinets de deux Premiers ministres avant d’être nommé directeur général de l’énergie et du climat. Son départ intervient alors que le nucléaire en France entre dans une période marquée par des dossiers sensibles sur lesquels élus locaux et société civile veulent avoir leur mot à dire.

Le monde des collectivités et de la société civile, représenté au sein des commissions locales d’information (CLI), réclame, depuis des années, des moyens à la hauteur de son rôle en matière de sûreté nucléaire. Est-ce un vœu pieux ?

Sur le principe, l’ASN a toujours soutenu un meilleur financement des CLI, et elle le rappelle régulièrement. Cette position vaut d’autant plus aujourd’hui que leur champ s’élargit, avec un doublement, de dix à vingt kilomètres, des plans particuliers d’intervention et de nouvelles missions, comme la concertation sur l’amélioration de la sûreté des réacteurs soumis à une quatrième visite décennale. Mais la réalité, c’est que le budget de l’Etat est contraint. Une augmentation de leurs moyens de 24 % se profile en 2019. Elle ne correspond, certes, pas à une multiplication par 4,5 comme l’imposerait le respect de la loi. Dont acte. Pour ce qui est de l’ASN, nous avons été plutôt bien traités, avec un renforcement de nos moyens humains.

Votre mandat s’est achevé alors que s’ouvre une nouvelle page du nucléaire en France, à laquelle l’ASN et les CLI sont associées…

Des enjeux sans précédent se présentent en effet à nous. La poursuite, ou non, de centrales qui vieillissent, sujet sur lequel le Haut Comité pour la transparence et l’information sur la sécurité nucléaire a lancé une concertation afin d’associer le public. La construction, parfois difficile, d’installations nouvelles, comme en témoigne le chantier de l’EPR de Flamanville (Manche). La question des déchets, alors qu’un débat public, organisé par la Commission nationale du débat public, dont l’ASN est le maître d’ouvrage, se prépare sur le Plan national de gestion des matières et des déchets radioactifs. Le projet de centre de stockage Cigéo y sera aussi abordé. Chacun, à son niveau, avec ses responsabilités et ses convictions, peut apporter sa contribution pour faire avancer la sûreté nucléaire.

« Il manque une véritable culture du risque nucléaire en France », estime le président de l’Association nationale des CLI, Jean-Claude Delalonde. Qu’en pensez-vous ?

Je ne partage pas ce sentiment. On pourrait, bien sûr, par exemple, envisager de réaliser plus d’exercices de crise. Ils permettent d’entretenir le savoir-faire, d’améliorer le système. Cependant, l’essentiel dans la culture du risque est d’en parler, de mettre les sujets sur la table, et c’est ce qui est fait. Les CLI ont, à cet égard, un rôle essentiel à tenir. La France a d’ailleurs, en la matière, ouvert une voie, encore peu partagée, que nous essayons de généraliser au niveau européen. A contrario, la plupart des équivalents étrangers de l’ASN sont dotés d’une compétence sur la sécurité (1), et non seulement de sûreté nucléaire. Il serait souhaitable que la France s’aligne sur ce point.

cet article est en relation avec
Commentaires

2  |  réagir

11/12/2018 04h04 - Ménégoz

Est-ce que la question suivante ne permettrait pas de trancher le débat ?
« Les énergies renouvelables peuvent-elles suffire ? » Si la réponse est « oui », alors le nucléaire devient obsolète.
Bien à vous

Signaler un abus
05/12/2018 11h45 - manava décarbone

bonsoir,

je suis très fier que la France soit à la pointe dans le domaine de la sécurité de nos 58 réacteurs nucléaires et c’est grâce à l’ASN ; c’est notre ADN, notre héritage gaulliste ou pompidolien des année 70 à préserver et à sortir de la PPE ; nous avons des gens compétents en ce domaine ; faisons leur confiance ; alors pour quelles raisons le gouvernement arrêterait la seule industrie viable qui nous reste ? En plus avec l’avantage d’être une énergie bas carbone ; je rappelle en core ici que la fumée qui en sort est de la vapeur d’eau ; les déchets ultimes sont à mettre 300 mètres sous terre et on n’en parle plus. point.

Signaler un abus

Ajouter un commentaire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - Antony Parc 2, 10 place du Général de Gaulle, La Croix de Berny – BP 20156, 92 186 Antony Cedex ou en cliquant ici.

L'actu Technique

  • La gestion du trait de côte redessine les politiques d’aménagement

    Près d’un quart du littoral français recule du fait de l’érosion côtière. Pour les collectivités concernées, la prise en compte de ce phénomène exige à la fois de nouvelles pratiques d’entretien et de préservation des milieux et une réflexion de fond ...

  • Marne-la-Vallée, laboratoire sur la ville intelligente et soutenable

    Une convention « Smart & Sustainable City » vient renforcer les relations entre pouvoirs publics et le monde de la recherche, dans le but d’adapter et de développer la ville nouvelle de Marne-la-Vallée à la transition énergétique et écologique. ...

  • Votre actu juridique du 7 au 13 décembre 2018

    Notre sélection de textes officiels, jurisprudence et réponses ministérielles intéressant les cadres de la filière technique, publiés par le Club Techni.Cités et sur Lagazette.fr entre le 7 et le 13 décembre 2018. ...

  • Des activités sportives pour muscler la vie professionnelle

    De plus en plus d’entreprises développent des initiatives pour inciter leurs employés à faire du sport compte tenu des retombées positives. Certaines collectivités locales et établissements publics leur emboîtent le pas et proposent à leurs agents des ...

Offre découverte 30 jours gratuits !

dernières offres d’emploi

services

Thèmes abordés

menu menu

Club Techni.Cités : l'information pour les techniciens de la FP