Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Intercommunalité

Le projet de transformation de l’agglo de Rouen en métropole ne fait pas l’unanimité

Publié le 03/09/2013 • Par Patrick Bottois • dans : Régions

Des élus de l’Agglo de Rouen ou CREA s’inquiètent de sa prochaine transformation en métropole et demandent un référendum sur la création des métropoles.

Forte de ses 71 communes et de ses 493 382 habitants, la Communauté d’agglomération Rouen Elbeuf Austreberthe (Seine-Maritime), ou Crea, devrait devenir, dès que la loi le permettant sera votée, une métropole. Une transformation souhaitée par son président, Frédéric Sanchez, et un rêve caressé de longue date par son ancien président, Laurent Fabius. Mais cette volonté ne fait pas l’unanimité au sein des élus et certains s’inquiètent de cette transition attendue.

Le PCF s’oppose au projet – « Nous sommes opposés à ce projet en l’état pour différents motifs », décline Matthieu Charlionet, adjoint PCF en charge de la santé à la ville de Rouen et conseiller communautaire de la Crea, «d’abord sur la forme. Nous manquons d’informations sur le déroulement de cette métamorphose, les objectifs et les conséquences du futur statut, tout particulièrement ici, au niveau de la Crea.

Sur le fond, la mise en place de cette nouvelle collectivité affaiblira fortement les petites communes. Par exemple en matière d’urbanisme. En perdant leur maîtrise du sol, elles perdront leur politique urbanistique », déclare l’élu.

« Côté démocratie locale cela posera des problèmes, enchaîne-t-il. Les élus locaux portent les attentes de leurs citoyens au niveau intercommunal. A l’avenir, les décisions seront prises à un haut niveau par des super élus, plus soucieux d’une entité métropolitaine globale, que des préoccupations spécifiques des habitants en fonction de leur lieu de vie ».

Vers un affaiblissement des départements – L’élu pointe également des risques pour les autres collectivités. Par exemple que les métropoles soient des territoires d’excellence et que les collectivités voisines ne deviennent des déserts, notamment en termes de service public.
Il voit aussi poindre un affaiblissement des départements dont il craint que l’on ne déshabille les budgets et subventions au bénéfice des métropoles. Côté fonction publique territoriale, Matthieu Charlionet s’inquiète pour l’emploi.
Pour lui, les inévitables regroupements de service liés à la création d’une métropole générera inévitablement des suppressions d’emplois et une dégradation du service public.

La maire de Saint-Aubin-lès-Elbeuf inquiet –  de crainte partagées, par exemple, par Jean-Marie Masson, maire sans étiquette de Saint-Aubin-lès-Elbeuf (Seine-Maritime, 8122 habitants). S’il n’a pas encore décidé de signer ou pas la pétition, sur la forme, il estime que les élus de base ont été oubliés et la loi parachutée.
Sur le fond, il ne voit pour l’heure d’intérêt que financier pour les collectivités avec une dotation plus importante de l’Etat.

Côté conséquences, les plus graves à ses yeux sont la disparition prévisible à terme des conseils généraux et des régions, avec une prise en charge de leurs missions par les métropoles. Autre préoccupation majeure de l’élu, une gouvernance purement technocratique : «la plupart des élus locaux sont bénévoles. Si demain ils n’ont plus aucun pouvoir décisionnel, ils ne s’engageront plus pour leur collectivité. Nous subirons alors une gestion déshumanisée uniquement conduite par des techniciens ».

Une pétition pour organiser un référendum – A Rouen, l’inquiétude de ces divers élus se trouve renforcée du fait que la Crea ne compte pas moins de 45 petites communes.
Les opposants au projet veulent faire de ce sujet la question importante de la rentrée et appellent donc depuis le 25 août les habitants à signer une pétition lancée par l’Association nationale des élus communistes et républicains ou Anecr en vue d’obtenir un référendum sur le sujet, si possible avant le passage de la loi au Sénat, prévu à l’automne.
« Cette loi changera de façon significative le fonctionnement des institutions et pourra concerner 30 millions de français dans leur vie quotidienne », constate Matthieu Charlionet , «cela mérite des explications et une consultation ». 

Cet article est en relation avec le dossier

Régions

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

Le projet de transformation de l’agglo de Rouen en métropole ne fait pas l’unanimité

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X