logo
Adresse de l'article https://www.lagazettedescommunes.com/99318/l%e2%80%99amf-et-rte-appellent-les-communes-a-la-moderation-electrique/

ÉNERGIE
L’AMF et RTE appellent les communes à la modération électrique
Olivier Schneid | France | Publié le 07/02/2012

L’Association des maires de France (AMF) et Réseau de transport d’électricité (RTE) demandent aux communes de « poursuivre leurs efforts de maîtrise de la consommation d’électricité aux heures de pointe ». Un appel lancé lundi 6 février 2012 alors que la France, comme l’ensemble de l’Europe, connaît une vague de froid potentiellement synonyme de rupture du système électrique. Autrement dit, de black-out. Les régions Bretagne et Paca sont particulièrement visées.

Le record national de consommation d’électricité tombera-t-il ou ne tombera-t-il pas ? La question est surtout affaire de symbole. Car, dans un cas comme dans l’autre, la menace de perturbations graves du système électrique français demeure d’actualité en cette période de grand froid où, comme le soulignent l’AMF et RTE, « une baisse de 1° de la température entraîne une augmentation de la consommation d’électricité d’environ 2 300 MW, soit l’équivalent du double de la consommation de Marseille ».

Réduire notamment l’éclairage public – Aussi, les deux partenaires ont entrepris lundi 6 février de lancer aux communes un appel à « prendre les dispositions nécessaires tout au long de l’hiver pour favoriser la maîtrise de la consommation d’électricité, particulièrement entre 18 h et 20 h ».

Sont ciblés les équipements publics, les bureaux, les mises en lumière et l’éclairage public. En la matière, Besançon (Doubs) n’a pas attendu la consigne. Vendredi 3 février, la ville avait annoncé une réduction de son éclairage public d’environ 10 %, « jusqu’à nouvel ordre ».
Avec pour double objectif de « participer à l’effort national d’économie d’énergie et de lancer un signal à la population pour qu’elle fasse elle aussi attention à sa consommation d’électricité, notamment vers 19 h », explique le chef du service éclairage public de la ville, Christophe Vuillemin.

Var, Alpes-Maritimes et Bretagne dans le viseur – Autres exemples, dans les Alpes-Maritimes, les communes de Cannes et Menton ont décidé de réduire l’éclairage public.
Tandis que le conseil général a limité l’éclairage des routes départementales.
Cette mesure, en vigueur depuis jeudi 2 février, sera renforcée selon le contexte. Cela a été le cas lundi 6 février : seuls les éclairages strictement nécessaires à la sécurité, comme dans les tunnels, étant maintenus.

Ce département est fortement exposé à des risques de délestage voire de black-out en cas de pic de consommation, en raison de sa dépendance à l’importation d’électricité d’autres zones géographiques.
C’est aussi le cas du Var voisin – ainsi que de la Principauté de Monaco. Avec le Var et les Alpes-Maritimes, la Bretagne, autre « péninsule électrique » – car elle produit moins de 10 % de sa consommation d’électricité – est plus spécialement concernée par cet appel à la modération.

Au service aussi de l’environnement – « Le soutien des communes à l’effort des citoyens prend tout son sens particulièrement en Bretagne et en Paca », insiste d’ailleurs le président de RTE, Dominique Maillard.

« L’implication de chacun est une contribution utile pour tous », observe le président de l’AMF Jacques Pélissard. En soulignant qu’il s’agit de se mettre au service non seulement de la sécurité d’alimentation électrique du pays mais aussi de l’environnement.
En effet, en période de pointe de consommation, appel est fait à des centrales de production fonctionnant au gaz voire au charbon et au fioul, synonymes de fortes émissions en CO2.