logo
Adresse de l'article https://www.lagazettedescommunes.com/96889/alain-rousset-arf-demande-a-ce-que-letat-parle-aux-regions-a-loccasion-de-la-campagne/

PRÉSIDENTIELLE
Alain Rousset (ARF) demande que « l’Etat parle aux régions à l’occasion de la campagne »
Jean-Baptiste Forrayavec l'AFP | France | Publié le 24/01/2012 | Mis à jour le 19/03/2012

Le président de l'Association des régions de France (ARF), Alain Rousset (PS), a souhaité mardi 24 janvier 2012 que l'Etat profite de la campagne présidentielle pour "parler aux régions".

« L’un de mes souhaits pour 2012, c’est que l’Etat puisse parler aux régions à travers les élections présidentielles ; les régions ont elles envie de parler à l’Etat », a dit M. Rousset au cours de sa présentation de voeux.

Sommet social – « Nous avons été très surpris [1] de voir que le président de la République organise un sommet social sans inviter les soutiers de la République que nous sommes », a souligné Alain Rousset.
« Pourtant, nous sommes au coeur des politiques de formation professionnelle et donc de l’emploi », a-t-il ajouté. « Les soutiers en ont marre », a-t-il lancé.

Une nouvelle gouvernance – Rappelant que les régions « ne sont pas là pour distribuer des subventions mais pour faire des politiques », M. Rousset a plaidé pour une « nouvelle gouvernance qui associe les autres collectivités ». « L’acte fondateur de la réforme, c’est la décentralisation, et la décentralisation, c’est la responsabilité », a-t-il lancé.

A titre d’exemple, il a affirmé que l’Allemagne industrialise « parce que ce sont les Länder qui sont à la manoeuvre. La France désindustrialise parce que ce sont l’Etat et les grands groupes qui sont à la manoeuvre », a-t-il poursuivi.

L’acte III de la décentralisation par Hollande le 3 mars à Dijon – « Comme l’exprime le président de l’Association des maires de France (AMF), les collectivités sont prises pour des services extérieurs de l’Etat », a encore déploré Alain Rousset.
« L’enjeu, ce n’est pas de créer un jacobinisme régional à Nantes, Rennes ou Bordeaux mais de s’engager sur une nouvelle gouvernance qui associe tous les élus des territoires » a-t-il poursuivi.
Michel Neugnot, vice-président (PS) du conseil régional de Bourgogne en a profité pour annoncer que François Hollande dessinerait le 3 mars à Dijon les contours de son acte III de la décentralisation. Le candidat prendra la parole lors d’une célébration des 30 ans de la première loi « Defferre ». 6 000 élus et fonctionnaires territoriaux socialistes seront, pour l’occasion, rassemblés au Zénith de Dijon.