logo
Adresse de l'article https://www.lagazettedescommunes.com/96277/le-mediateur-national-de-l%e2%80%99energie-appelle-a-la-sobriete/

ENERGIE
Le médiateur national de l’énergie appelle à la sobriété
Olivier Schneid | France | Publié le 19/01/2012

Dans sa Lettre de janvier/février 2012, le médiateur national de l’énergie s’inquiète d’une augmentation des prix de l’énergie qu’il juge « inéluctable », en l’attribuant notamment au « retard pris dans le renforcement des réseaux ».

« Les prix de l’électricité et du gaz sont un sujet de préoccupation croissant pour les Français », observe d’entrée le médiateur national de l’énergie, Denis Merville, dans sa lettre d’information [1]. Or, ajoute-t-il, leur augmentation est « inéluctable ».
En cause, analyse-t-il, « l’augmentation continue de la demande, le vieillissement du parc de production et le retard pris dans le renforcement des réseaux ». Ce qui nécessitera des investissements importants dans les réseaux et les moyens de production. Et ce, « quel que soit le scénario d’évolution du mix énergétique », précise-t-il, alors que le débat sur ce sujet, en particulier concernant la part à réserver au nucléaire dans les prochaines décennies, est vif, tant dans les milieux de l’énergie que dans la classe politique.
« Le coût de ces investissements se retrouvera immanquablement dans les factures », remarque-t-il. En évoquant aussi la Contribution aux charges de service public de l’électricité (CSPE), qui répercute notamment au consommateur les subventions aux énergies renouvelables et aux territoires insulaires.

Mieux et moins consommer – Autorité administrative indépendante au service du consommateur, le médiateur s’inquiète en particulier d’un avenir qui risque d’aggraver la précarité énergétique, laquelle affecte officiellement près de quatre millions de ménages [2], soit plus de 14% des ménages français, selon le critère officiel dit du taux d’effort énergétique.
Est considéré en situation de précarité énergétique celui dont les dépenses en énergie (le chauffage, y compris sanitaire, l’éclairage et les autres usages, comme les appareils électroménagers) sont supérieures à 10% de son revenu. Ils sont deux fois plus nombreux que ce que disent les statistiques officielles, selon des associations comme la Fondation Abbé-Pierre.

Plus généralement, le médiateur appelle « tous les consommateurs à mieux et à moins consommer ». En somme, à pratiquer la « sobriété énergétique ».