Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Accompagnement spécifique : le plan Alzheimer – Les plateformes d’accompagnement et de répit des aidants

Publié le 01/04/2013 • Par Dunod Éditions • dans : Fiches de révision

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Considérant que la maladie a un impact important sur les proches et en particulier la famille des personnes malades, il apparaît essentiel de développer des solutions de « répit » pour les aidants.

Si la relation d’aide peut être source de satisfaction ou de gratification, elle a aussi comme conséquence la détérioration de l’état de santé et de la qualité de vie des proches de la personne malade.

L’un des axes fort du plan Alzheimer 2008-2012 est d’apporter un soutien aux aidants familiaux. La mesure 1 du plan a pour objectif d’offrir « sur chaque territoire une palette diversifiée de dispositifs de répit correspondant aux besoins des patients et aux attentes des aidants, en garantissant l’accessibilité à ces structures ».

1. LES STRUCTURES PORTEUSES

Le porteur est un accueil de jour. Les critères qu’il doit remplir sont les suivants :

  • être un accueil de jour autonome d’au moins 10 places installées ; 
  • être un accueil de jour adossé à un Ehpad d’au moins 10 places installées à la condition de disposer d’un projet de service spécifique, de personnels dédiés et de locaux indépendants ; 
  • être bien implanté sur le territoire, et travailler en réseau notamment avec les partenaires du domicile et du soin.

 2. LE PUBLIC CONCERNÉ

Les plateformes d’accompagnement et de répit ont pour vocation de repérer et d’accompagner les aidants s’occupant d’une personne âgée atteinte de la maladie d’Alzheimer ou d’une maladie apparentée ou en perte d’autonomie fréquentant ou non l’accueil de jour.

3. LEURS MISSIONS

Une mission de communication auprès des partenaires : la plateforme d’accompagnement et de répit doit s’appuyer sur l’offre existante et l’ensemble des partenaires au niveau local afin de repérer le public cible.

Une mission d’écoute et de soutien auprès des aidants : la plateforme d’accompagnement et de répit réalise des actions d’information, d’écoute,d’éducation et de soutien des aidants, en complémentarité aux actions déjà existantes. Il peut s’agir d’un soutien individualisé de l’aidant, de réunions d’information, de bistrot mémoire ou café des aidants, d’organisation d’évènements de sensibilisation auprès des aidants, d’éducation pour la santé ou thérapeutique.

Une mission de répit à domicile : cette formule consiste en une présence continue d’un professionnel, au domicile de la personne aidée, visant à assurer une suppléance de l’aidant principal. Dans ce cadre, la plateforme propose des prestations à la journée ou à la demi-journée au domicile de la personne malade pour permettre à l’aidant de s’absenter.

Une mission auprès du couple aidant-aidé : proposer des activités favorisant la poursuite de la vie sociale. Il s’agit de proposer à des couples aidant/aidé des activités communes contribuant à favoriser le maintien d’une vie sociale et relationnelle de la personne malade et de son aidant et à concourir à leur bien-être. Ces activités sont encadrées par du personnel formé.

Toutes ces actions peuvent constituer un premier pas vers une prise en charge de la personne malade seule et à l’utilisation d’une formule de répit avec séparation. Elles peuvent permettre l’accompagnement vers un projet d’institution.

Plan « Alzheimer et maladies apparentées » 2008-2012.
Circulaire DGCS/SD3A n°2011-261 du 30 juin 2011 relative à la mise en oeuvre des mesures médico-sociales du plan Alzheimer 2008-2012 (mesure 1).

4. POUR CONCLURE

Lors de la synthèse du débat national sur la dépendance en juin 2011, le constat est fait que « l’entrée de la personne âgée en période de dépendance augmente sensiblement pour dépasser en moyenne dix ans, ce qui augmente mécaniquement le nombre de personnes âgées dépendantes devant faire l’objet d’une aide et d’une action sociale ».

Encore très récemment trois rapports sur l’adaptation de la société au vieillissement sont remis en mars 2013 au Premier ministre, en prévision de la future loi sur l’autonomie attendue pour la fin de l’année. Cela confirme que le vieillissement de la population en France et donc l’accompagnement de la personne âgée restent dans les années à venir pour les politiques un défi à relever.

On constate cependant, que l’organisation des diverses actions indispensables, notamment en matière de prévention, relève d’une multitude d’acteurs, qui se situent à différents niveaux décisionnels. Il en va de même pour les contributeurs financiers.

Afin de proposer un accompagnement efficient de la personne âgée dépendante et d’apporter à son entourage un réel soutien, il est primordial d’organiser une coordination de l’ensemble des acteurs (décideurs, contributeurs financiers, professionnels de terrain…) qui interviennent autour et pour la personne âgée. Il est nécessaire de s’assurer également de la bonne articulation des différents dispositifs existants et à venir.

Il est donc impératif, surtout pour les services dont la mission principale est d’assurer la coordination et l’intervention des différents professionnels, qu’ils soient facilement accessibles, de proximité et très identifiables par les personnes âgées et leurs proches. Il en va de même pour les professionnels qui seront amenés à guider et à mettre en oeuvre ces différents dispositifs.

Ainsi, face à cet enchevêtrement de dispositifs et d’interlocuteurs, une recommandation s’impose et elle s’adresse tant aux professionnels qu’aux aidants familiaux « ne restez pas seul dans cet accompagnement », car il existe des professionnels spécialisés, dont le rôle est d’apporter leur conseil et leur soutien dans la mise en oeuvre des services.

Mettez toutes les chances de votre côté

Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Accompagnement spécifique : le plan Alzheimer – Les plateformes d’accompagnement et de répit des aidants

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement