Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club finances

Comptabilité

Sophia Antipolis freine ses dépenses grâce à l’ABS

Publié le 17/01/2012 • Par Gaëlle Ginibrière • dans : Bonnes pratiques finances

Afin de définir plus finement le coût de ses politiques, la communauté d’agglomération a affecté à chacune d’entre elles les dépenses directes et celles liées à l’utilisation des fonctions supports. Baptisée « ABS », l’allocation budgétaire par service a généré des économies substantielles.

Trois lettres, ABS, pour désigner la démarche de comptabilité analytique entreprise par la communauté d’agglomération Sophia Antipolis (Casa, 176 000 hab., 16 communes, Alpes-Maritimes).
Depuis 2004, cette dernière a, en effet, développé un système d’allocation budgétaire par service (ABS) répondant au triple objectif de financer les compétences par les recettes fiscales qui leur sont affectées, d’obtenir une vision complète du coût des politiques publiques et de sensibiliser les cadres à la gestion.

Afin d’identifier précisément les charges liées aux différentes politiques publiques, une réflexion sur la nomenclature fonctionnelle a d’abord été engagée. « Il s’agissait de reventiler les dépenses en tenant compte à la fois des dépenses directes, mais aussi de celles que l’on ne voit pas ...

Article réservé aux abonnés Club finances
i

Contenu réservé aux abonnés

  • Club finances

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au Club finances

Cet article n’est pas disponible dans l’offre d’essai du club. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au au Club finances

Votre offre d’essai est arrivée à terme. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au au Club finances

S'abonner PROFITEZ DE L’OFFRE 30 JOURS GRATUITS Déjà abonné ? connexion
Réagir à cet article

Aujourd'hui sur le Club finances

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Sophia Antipolis freine ses dépenses grâce à l’ABS

Votre e-mail ne sera pas publié

Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement