Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Devoir de réserve et internet : Et du côté des entreprises du secteur privé ?

Publié le 05/12/2011 • Par Gaëlle Ginibrière • dans : Dossiers Emploi

Laetitia Puyfaucher, présidente de l’agence en stratégie éditoriale Word Appeal, invite les entreprises à s’appuyer sur leurs salariés pour accroître leur notoriété sur le net. Elle est coauteure, avec Ludovic Boursin, de « Le média humain. Dangers et opportunités des réseaux sociaux pour l’entreprise », éditions Eyrolles, juin 2011.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Cet article fait partie du dossier

Déontologie des fonctionnaires : droits et obligations

Quand on pense réseaux sociaux et entreprises privées, ce sont plutôt des cas de licenciement pour dénigrement de la société ou de recruteurs qui traquent des informations sur des candidats qui viennent à l’esprit…

Cette perception est erronée. Les licenciements à la suite de propos tenus sur Facebook ou sur un blog existent, il y en a eu au sein du groupe Accor ou de Michelin, mais ils sont très rares au regard du nombre de salariés de ces entreprises et de la masse des utilisateurs des réseaux sociaux. En revanche, ils ont connu un traitement médiatique retentissant. Pourquoi ? Parce que les réseaux sociaux sont dans une phase « adolescente » et que, pour l’instant, les utilisateurs y recourent pour se démarquer de leur entreprise. Ces licenciements, regrettables pour les personnes, ont une valeur exemplaire pour tous les salariés. Mais ceux-ci sont souvent les premiers fans de leur entreprise sur Facebook.

D’où votre idée d’appuyer la communication des sociétés sur les salariés…

C’est une formidable opportunité pour les entreprises de créer le média humain, c’est-à-dire de faire parler d’elles sur les réseaux sociaux par l’intermédiaire de leurs collaborateurs.

Les salariés ne risquent-ils pas d’être mis sous surveillance ?

La plupart du temps, les informations publiées par les collaborateurs des sociétés qui font appel à mon agence ne correspondent pas à ce que celles-ci ont défini en matière de communication. Sans mettre à mal l’image de celle-ci, certains propos peuvent la ternir. Schématiquement, 50 % des tweets sont cohérents par rapport à ce que la marque veut dire, les autres ne le sont pas. Je n’ai pourtant jamais vu les responsables hiérarchiques concernés s’emparer de ces écarts de langage pour en sanctionner les auteurs. D’ailleurs, en étant à l’écoute de leurs collaborateurs, les entreprises peuvent avoir une vue plus juste de ce qui se passe.

Que préconisez-vous pour faire face aux dérapages ?

Il s’agit de sensibiliser les salariés aux enjeux de ces pratiques par le biais de formations et de cycles de conférences, et d’émettre des règlements internes ou des chartes de bonne conduite. Les collaborateurs doivent être libres de jouer ce rôle de média humain ou pas. Dans ma société, par exemple, j’ai indiqué à mes collaborateurs qu’ils étaient les bienvenus pour animer les tweets de l’agence. Je les suis sur ce réseau quand ils « tweettent ». En revanche, s’ils en transmettent pendant le travail et depuis l’entreprise, je leur demande de mentionner qu’ils font partie de l’agence. Toutefois, il n’y a aucune obligation. Il ne s’agit pas d’encadrer, mais de poser des règles de bonne conduite.

Cette démarche serait-elle envisageable dans les collectivités ?

De plus en plus de maires sont sur Twitter. J’ai l’impression que, progressivement, tous les secteurs vont être concernés.

Cet article fait partie du Dossier

Déontologie des fonctionnaires : droits et obligations

Sommaire du dossier

  1. La HATVP et le respect des règles déontologiques en 10 questions
  2. Déontologie des fonctionnaires : des obligations en évolution – Introduction
  3. Déontologie : les fonctionnaires territoriaux vers de nouvelles contraintes
  4. Déontologie des fonctionnaires : une meilleure protection des fonctionnaires lanceurs d’alerte
  5. Déontologie : les valeurs du service public réaffirmées
  6. Douze référents « laïcité » aident les agents à se positionner
  7. «La Loi Déontologie est un bond en avant même si certains dispositifs auraient pu être plus simples » – Guillaume Valette-Valla
  8. Conflits d’intérêts : Quels garde-fous pour les fonctionnaires ?
  9. Déontologie et transparence : « Pour les directeurs généraux, l’absence de statut pose problème dans le cas de l’alerte éthique »
  10. Moralisation de la vie publique : des avancées incomplètes
  11. Moralisation de la vie publique : un éternel recommencement
  12. La loi sur la transparence de la vie publique jugée par Daniel Lebègue, président de Transparency International France
  13. Devoir de réserve et internet : Surfer sans déraper, réseauter sans dérailler
  14. Vie publique, sphère privée sur le web 2.0 ? Témoignages d’utilisateurs
  15. Devoir de réserve et internet : Agents formés, échanges encadrés : dérapages évités !
  16. Devoir de réserve, devoir de prudence ? Avis d’experts
  17. Devoir de réserve et internet : Et du côté des entreprises du secteur privé ?
  18. Les obligations des agents territoriaux en 10 questions
  19. Les règles de cumul d’activités des agents publics en 10 questions
  20. L’obligation de réserve des agents territoriaux en 10 questions
  21. Principes de déontologie financière
  22. Les DGS face à des pratiques irrégulières
  23. Se former à la déontologie : interview de Mary Claudine, conseillère de formation au CNFPT
  24. Interview d’Olivier Fouquet, président de la commission de déontologie
  25. La commission de déontologie des agents publics en 10 questions
  26. Des outils pour une Commission européenne exemplaire
  27. Documents et ressources
Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Devoir de réserve et internet : Et du côté des entreprises du secteur privé ?

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement