logo
Adresse de l'article https://www.lagazettedescommunes.com/90904/village-des-marques-de-douains-le-maire-d%e2%80%99evreux-satisfait-de-larret-du-projet/

URBANISME COMMERCIAL
Village des marques de Douains : le maire d’Evreux satisfait de l’arrêt du projet
Patrick Bottois | Régions | Publié le 16/12/2011

Après l’annulation par la Commission nationale d’aménagement commercial du projet de village des marques de Douains dans l’Eure auquel il s’opposait, le maire d’Evreux ne boude pas son plaisir.

«Nos arguments étaient les bons », se réjouit Michel Champredon, maire d’Evreux et président du Grand Evreux Agglomération dans l’Eure qui s’impatientait de connaître les motifs de la décision. Lors de sa réunion du 10 novembre 2011, la commission nationale d’aménagement commercial (CNAC) a en effet repris l’argumentaire de l’élu pour émettre un avis défavorable.

Un site trop excentré – Dans sa délibération, la CNAC a considéré que ce projet « excentré et éloigné des centres de vie et d’activité du territoire ne participerait ni d’un aménagement harmonieux de celui-ci, ni à l’animation de la vie locale ». La commission a également relevé « l’inexistence de desserte en transports en commun et de déplacements doux, et le risques de saturation du trafic routier sur l’autoroute A 13 », tout proche du site pressenti pour le village des marques. Elle a estimé par ailleurs « que l’empreinte environnementale du projet serait trop importante en termes de consommation de foncier et de déplacements motorisés, le tout sans efforts du demandeur en termes d’insertion paysagère ».

« Autant d’arguments sur lesquels reposait notre refus après l’acceptation le 21 juin dernier par la commission départementale de l’aménagement commercial ou CDAC de l’Eure du projet », souligne l’élu.

Appel de la décision – Le projet est porté par un spécialiste de ces « villages des marques », le groupe financier Glenn MacArthur, qui a déjà annoncé faire appel de la décision. Le projet de Douains devait comprendre à l’horizon 2015 une centaine de boutiques et quelques moyennes surfaces construites sur 45 000 mètres carrés. Quant aux supporters du projet, notamment des élus de Douains, ils crient au scandale, estimant que la saturation de l’autoroute n’est pas un argument valide ou encore que les remarques sur le foncier sont fausses puisque la zone pressentie est de longue date retenue comme zone d’activités. Ils déplorent enfin la perte, estimée selon eux, de 600 emplois et un attrait touristique perdu pour leur territoire.