Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
  • Accueil
  • Actualité
  • Régions
  • Rhône-Alpes. La polémique rebondit entre l’Etat et le Grand Lyon sur le futur grand stade de l’OL

Développement économique

Rhône-Alpes. La polémique rebondit entre l’Etat et le Grand Lyon sur le futur grand stade de l’OL

Publié le 13/06/2008 • Par Claude Ferrero • dans : Régions

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Paris connaîtrait-il mal les dossiers régionaux ? Après le secrétaire d’Etat aux Transports, Dominique Bussereau, qui avait affirmé le 10 juin que l’Etat n’avait pas été sollicité pour le projet de Grand stade de 60.000 places à Décines, et qu’aucune participation n’était prévue, Gérard Collomb, président du Grand Lyon, a fait part aussitôt de son étonnement : « de nombreuses rencontres ont eu lieu, associant l’OL, l’ensemble des collectivités et l’Etat représenté par le préfet qui a été impliqué dès le début ».

Indiquant qu’un tel projet « nécessite obligatoirement la réalisation d’équipement connexes, y compris de l’Etat », le président du Grand Lyon affirme que l’Etat a même chiffré sa participation à 30 millions d’euros pour réaliser un échangeur. Il rappelle également que la commission Seguin, le 28 mai, a évoqué les partenariats privés-publics : « nous serons obligés de nous tourner vers le secteur privé pour construire nos stades » aurait affirmé Bernard Laporte, secrétaire d’Etat aux Sports.

Le 11 juin, le préfet du Rhône, Jacques Gérault, s’est livré à un délicat exercice, en nuançant les propos du ministre – « il a rappelé le droit commun » – tout en soulignant que l’Etat est concerné lorsqu’ une opération privée génère un afflux de population, de commerces et de logements.
Gérard Collomb a enfoncé le bouchon sur l’investissement de l’OL dans le grand stade (300 millions d’euros environ) : « nous pouvons nous féliciter qu’un acteur privé s’engage à un tel niveau pour la construction d’un stade de rayonnement national (..).

Le montage financier du stade de l’OL permet d’ailleurs de limiter la participation du contribuable, contrairement à d’autres projets français ». Pour la transparence d’un dossier de plus en plus polémique, il reste maintenant au Grand Lyon à présenter les infrastructures d’accès (routières et transports en commun) au futur stade et leur coût.

Prochain Webinaire

Club RH : Moderniser et sécuriser ses recrutements

de La rédaction avec le soutien du CNAS et de la MNT

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Rhône-Alpes. La polémique rebondit entre l’Etat et le Grand Lyon sur le futur grand stade de l’OL

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement