Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Logement

Un ministre désenchanté clôt les premières rencontres parlementaires de l’urbanisme

Publié le 06/12/2011 • Par Delphine Gerbeau • dans : A la une, Actu juridique, France

Le secrétaire d’Etat au logement, Benoist Apparu, a rappelé l'importance de la question de la libération du foncier.
Le secrétaire d’Etat au logement, Benoist Apparu, a rappelé l'importance de la question de la libération du foncier. AFP
Coprésidées par les députés Michel Piron et François Scellier, les « premières rencontres parlementaires pour un nouvel urbanisme » ont été l’occasion, le 5 décembre, d’évoquer les différents facteurs qui bloquent la production de logements.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Plusieurs points de blocage ont été identifiés lors de ces rencontres organisées à la Maison de la chimie, à Paris :

  • foncier disponible mais non utilisé,
  • planification urbaine bloquée au niveau communal plutôt qu’intercommunal,
  • nécessité de densifier la ville,
  • nécessité de simplifier la réglementation pléthorique, grosse source de contentieux…

D’abord libérer du foncier – Venu clôturer ces rencontres, le secrétaire d’Etat au logement, Benoist Apparu, a rappelé que la question principale était bien celle de la libération du foncier, à laquelle la réponse est plus normative que financière.

Evoquant le fait que la situation du logement varie selon les départements, il a reconnu que

nous sommes aujourd’hui dans l’incapacité de réfléchir à ces réalités différentes. Avoir des fiscalités différenciées selon les territoires, on en est incapable. Nous avons essayé de territorialiser le dispositif de défiscalisation Scellier, en le supprimant pour les territoires non tendus classés en zone C, mais les parlementaires sont montés au créneau et ont obtenu des dérogations. C’est la même chose pour le PTZ + : nous voulions, lors de sa réforme en novembre 2011, le différencier en le réservant aux biens anciens en zone non tendue, et aux biens neufs en zone tendue, mais les élus voulaient le réserver au neuf partout.

L’urbanisme de projet à l’arrêt – Autre frustration : le chantier de l’urbanisme de projet est aujourd’hui freiné : deux ordonnances sont déjà parues – l’une sur les établissements publics fonciers, l’autre sur la réforme des surfaces de plancher – deux autres devraient prochainement paraître, mais un certain nombre de modifications nécessitent l’élaboration d’une loi.
« L’un des enjeux va être de déclasser une grande partie du droit de l’urbanisme dans le domaine réglementaire », estime le secrétaire d’état.

En attendant, la proposition de loi de simplification du droit du sénateur Doligé, qui devait permettre de concrétiser la réforme de l’urbanisme de projet, déposée à l’automne sur le bureau du Sénat, est remise aux calendes grecques, changement de majorité sénatoriale oblige…

Lutter contre la rétention foncière – Enfin Benoist Apparu a également évoqué la nécessité d’inverser la logique de la fiscalité foncière qui encourage la rétention. La réforme de la fiscalité des plus-values immobilières, introduite par la loi de finances rectificatives du 19 septembre 2011, n’a pas ses faveurs puisque l’abattement sur les plus-values augmente avec la durée de détention du bien.

Sur le dossier de la rétention foncière, le Secrétaire d’état a annoncé une accélération des cessions de terrains de l’Etat sur la période 2012-2016, alors que sur 2008 -2012 moins de 50% des objectifs ont été réalisés.
« Notre logiciel actuel est basé sur la dépense publique. Il doit évoluer, on doit se demander comment alléger les contraintes, comment modifier les outils d’urbanisme », a-t-il conclu.

Cet article est en relation avec les dossiers

2 Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Moby, un programme CEE pour l'écomobilité scolaire

de ECO CO2

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Un ministre désenchanté clôt les premières rencontres parlementaires de l’urbanisme

Votre e-mail ne sera pas publié

Rémy PETIOT

07/12/2011 09h47

Et comme d’habitude, aucune piste pour réorienter vraiment la plus-value foncière vers les collectivités. La plus-value foncière n’a aucune justification, elle est le seul obstacle de taille à l’urbanisme de projet et à l’arrêt de l’inflation des prix de l’immobilier.

Chérel Paul - ne pratique pas le pseudo

08/12/2011 10h51

Je vois surtout que l’on a commencé par les arguties mais pas vraiment abordé le point le plus important, celui de « densifier » la ville. et sans se cacher derrière les mots ni dans les idées reçues, Cela veut dire d’envisager enfin la construction d’immeubles de TRES grande hauteur, regroupant bureaux, artisans, commerçants et habitants avec des batteries d’ascenseurs rapides et omnibus qui fonctionnent bien car bien entrtetenus. Faire appel à des américains si l’on ne sait pas faire ça en France. O horreur ! vont s’exclamer les lecteurs de ce commentaire. Paul Chérel

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement