Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club finances

Emprunts toxiques

Catherine Lubochinsky : « C’est aux collectivités de négocier des solutions, ce sera une bataille juridique et politique »

Publié le 16/12/2011 • Par Raphaël Richard • dans : Actu experts finances

Catherine Lubochinsky, professeur de finances à Paris II Panthéon-Assas
Catherine Lubochinsky, professeur de finances à Paris II Panthéon-Assas CL
Catherine Lubochinsky, professeur de finances à Paris II Panthéon-Assas, explique comment les produits structurés se sont développés et comment les collectivités sont responsables des risques. Celles-ci devront donc trouver des solutions politiques et juridiques pour s'en sortir.

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

Comment les produits dits « toxiques » sont-ils arrivés sur le marché ?

Catherine Lubochinsky : Les banques ont proposé toutes sortes de produits à tout le monde, notamment des placements qui n’étaient pas adaptés, par exemple à des associations. Des emprunts à taux variable ont été développés pour les ménages, ce qui est calamiteux car quand les taux remontent, ils ne sont pas habitués à gérer les risques. Cela devrait être interdit dans l’immobilier. Pour les plus fortunés, il y a eu des propositions indexées sur le franc suisse car les taux étaient encore plus faibles. C’était une tendance à proposer des produits compliqués, dans l’ambiance des Sicav dynamiques, sous prétexte que les investisseurs, recherchant le taux le plus faible possible, voulaient gagner plus. Ce qu’ils ont oublié ...

[80% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Club Finances

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Testez notre Offre Découverte Club finances pendant 30 jours

J’en profite

Thèmes abordés

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Accompagner au plus près les entreprises locales grâce au numérique

de Salesforce

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur le Club finances

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Catherine Lubochinsky : « C’est aux collectivités de négocier des solutions, ce sera une bataille juridique et politique »

Votre e-mail ne sera pas publié

Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement