logo
Adresse de l'article https://www.lagazettedescommunes.com/88186/le-grand-nancy-declare-forfait-pour-l%e2%80%99euro-2016/

ÉQUIPEMENT SPORTIF
Le Grand Nancy déclare forfait pour l’Euro 2016
Pascale Braun | Régions | Publié le 05/12/2011

La communauté urbaine du Grand Nancy a renoncé vendredi 2 décembre 2011 au projet d’extension du stade Marcel Picot, qui devait accueillir des matches de l’Euro 2016 au terme de 82 millions d’euros de travaux. Aux craintes budgétaires se sont ajoutées une contestation politique et une polémique environnementale, l’extension des parkings nécessitant la destruction de jardins ouvriers.

La communauté urbaine du Grand Nancy a renoncé officiellement vendredi 2 décembre 2011 à l’organisation de l’Euro 2016, qui prévoyait une extension du stade Marcel Picot situé à Tomblaine.

Selon André Rossinot, président de la communauté urbaine et maire (PR) de Nancy, les deux candidats déclarés, Bouygues et Vinci, demandaient à la collectivité d’augmenter sa participation financière à ce projet d’un montant de 82 millions d’euros.

Envisagée de longue date sous maîtrise d’ouvrage privée, la réfection et l’extension du stade à 32 000 places avait déjà achoppé sur la crise de 2008.

En début d’année, le Grand Nancy avait tenté de sauver le nouveau stade dans la perspective de l’Euro 2016 en proposant une emphytéose assortie d’un financement de 20 millions d’euros.

Echec politique retentissant pour André Rossinot, l’abandon du projet risque de générer des litiges quant à l’indemnisation des études engagées.

Elle obligera également la communauté urbaine à changer en catastrophe la communication, notamment sur les tramways où le Grand Nancy s’affiche « passionnément foot ».

Soulagement des élus – Pour autant, le retrait a été vécu comme un soulagement pour nombre d’élus qui craignaient un naufrage financier.

Le projet fait aussi face à une contestation politique. Né cet automne, le collectif « les pieds sur terre » a mobilisé les riverains contre l’extension des parkings du stade, qui aurait fait disparaître une soixantaine de jardins ouvriers au long de la Meurthe.
L’association demande désormais le classement en zone verte non constructible des vergers et potagers situés sur le territoire du Grand Nancy.