Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club finances

Décentralisation

Les financements croisés après la loi du 16 décembre 2010 – Analyse juridique

Publié le 28/11/2011 • Par Solenne Daucé • dans : Bonnes pratiques finances • Source : Seban Asssocies.fr

Les financements croisés, c’est-à-dire l’intervention financière cumulée de plusieurs personnes publiques sur une même opération publique, sont à la fois critiqués et reconnus comme nécessaires : accusés d’être une source d’accroissement des dépenses publiques, de lenteur administrative (car entraînant une complexité du montage des dossiers) et de dilution des responsabilités compte tenu de la multiplicité des intervenants, ils sont également considérés comme un mécanisme indispensable à la réalisation de certains projets.

Cet article fait partie du dossier

4 scénarios pour une révolution

Les auteurs de la loi n° 2010-1563 du 16 décembre 2010 de réforme des collectivités territoriales ont entendu modifier le dispositif mais sans supprimer définitivement la possibilité, pour une collectivité territoriale, d’apporter son aide à une autre personne publique.

Le principe d’une réforme des financements croisés était ainsi déjà évoqué lors de la présentation des grands axes de la réforme des collectivités territoriales en septembre 2009 (1). Cette modification était en outre annoncée par des rapports antérieurs et, notamment, celui élaboré par la commission Balladur, lequel, parmi ses 20 propositions, invitait à spécialiser les compétences des départements et des régions, en cantonnant leurs interventions aux domaines de compétence que la loi leur attribue, « de manière à limiter les excès des financements croisés » (2).

C’est ainsi que la loi du 16 décembre 2010, à la suite de nombreux débats au Parlement, a amendé les principes en vigueur par la mise en œuvre de règles, pour ...

[100% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Club Finances

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Testez notre Offre Découverte Club finances pendant 30 jours

J’en profite
Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur le Club finances

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Les financements croisés après la loi du 16 décembre 2010 – Analyse juridique

Votre e-mail ne sera pas publié

Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement