Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Déchets

Neuf Français sur dix jugent l’effort de tri des déchets justifié

Publié le 01/12/2011 • Par Laurence Madoui • dans : France

Il n’y a pas d’usure des habitants en matière de tri des déchets et les intercommunalités misent sur un effort encore accru des trieurs : deux enseignements tirés de deux études, rendues publiques le 30 novembre 2011 par l’Assemblée des communautés de France.

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

Il n’y a pas de « ras-le-bol » vis-à-vis du tri des déchets, assure Jean-Daniel Lévy, directeur du département politique et opinion de Harris Interactive : selon 97 % des Français, le geste est nécessaire et, pour 88 %, ses bénéfices justifient l’effort fourni, selon l’étude réalisée pour l’Assemblée des communautés de France (ADCF) et rendue publique le 30 novembre. Seuls 2 % jugent que le tri demande trop d’efforts.

Bonne volonté – 83 % se disent prêts à apporter leurs seringues usagées et autres déchets coupants en pharmacie, 75 % à déposer leurs meubles sur la voie publique aux jours indiqués par la collectivité ou auprès d’un relais associatif et 68 % à amener leurs produits d’entretien périmés à la déchetterie ou un autre point de collecte. Il y a là une convergence avec le point de vue des intercommunalités, où une majorité d’élus et de cadres territoriaux (51 %) estime que les ménages sont prêts à aller plus loin dans l’effort de tri, selon une enquête menée par l’ADCF auprès de 150 adhérents. Les marges de progrès apparaissent importantes pour 48 % des intercos, modestes pour 50 %. Ces dernières portent avant tout sur les emballages légers (cités par 76 % des représentant d’intercos), loin devant le verre (49 %), les déchets spécifiques (48 %), le papier (48 %) et la matière organique (46 %), les encombrants fermant la marche (17 %).

Motivés et informés … sauf sur le coût – Le gain écologique est la première motivation des trieurs (59 % entendent protéger l’environnement), moins sensibles aux aspects économiques du recyclage (24 % évoquent la création d’emplois, 8 % le développement de nouvelles technologies). Seuls 4 % disent trier par obligation.

Le coût de la gestion des déchets est sous-estimé : le service n’apparaît coûteux qu’à 52 %, 45 % le jugeant plutôt bon marché. Pourtant, les Français s’estiment bien informés : 78 % jugent clairs les éléments dont ils disposent et 66 % les trouvent suffisants. Logiquement, l’information sur les consignes de tri n’est citée qu’à 22 % comme élément d’incitation à trier, alors que les intercommunalités la mentionnent à 49 %.

Les collectivités parient sur la carotte financière – Les gestionnaires de déchets misent en premier lieu sur l’incitation financière ou fiscale, citée par 59 % d’entre eux mais seulement par 35 % de l’échantillon représentatif de la population française. « C’est tout l’enjeu de la tarification incitative, programmée par le Grenelle d’ici cinq ans … et qui soulève beaucoup d’interrogations », remarque Nicolas Portier, délégué général de l’ADCF. Pour les administrés, c’est la facilitation du geste de tri qui apparaît comme la plus stimulante, la mise à disposition de bacs plus nombreux et accessibles étant citée le plus fréquemment (43 %).

« Rep » : un système encore peu connu des collectivités

Quand on leur parle collectes sélectives, les élus et dirigeants des intercommunalités sont très élogieux : 85 % les jugent bénéfiques à l’environnement, 66 % envisagent positivement la mise en place de nouvelles filières (meubles, déchets d’activité de soins à risque infectieux) et 61 % considèrent – avec un certain optimisme, souligne-t-on à l’ADCF – que leur développement n’a pas nui à l’organisation du service de collecte. En tout logique, une majorité (54 %) se dit favorable à l’instauration de nouvelles collectes séparatives.

Le tableau est moins flatteur quand on évoque les filières, mises en place au nom de la « responsabilité élargie du producteur » (Rep), déclinaison du principe pollueur-payeur qui voit les fabricants et distributeurs prendre en charge, totalement ou partiellement, la fin de vie des produits. Seuls 37 % disent bien connaître le système, intronisé en 1992 avec Eco-Emballages. Une majorité (49 %) avoue en avoir une approche très générale. 8 % en ignorent le fonctionnement et 6 % n’en ont jamais entendu parler.

Si 48 % des établissements publics de coopération intercommunale jugent que le déploiement des Rep est « une bonne chose », 69 % estiment que le dispositif manque de lisibilité, 56 % que les soutiens financiers sont insuffisants et 46 % que les collectivités pourraient être mieux associées à l’organisation de la filière.

Thèmes abordés

1 Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Télétravail : manager les agents publics à l'heure du confinement

de La Rédaction de La Gazette

--
jours
--
heures
--
minutes

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Neuf Français sur dix jugent l’effort de tri des déchets justifié

Votre e-mail ne sera pas publié

grigri

02/12/2011 06h24

Bonjour, je suis tout à fait d’accord, ceci nous engage pour la planète, mais trouvez vous pas que l’état nous prennent un peu trop d’argent pour tous ça ? ont ne fait que sa payer. Le Français en à mare d’ètre taxé de tout les cotés.

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement