Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

congrès des maires 2011

Nicolas Sarkozy invite les maires à prendre leur part de l’effort de rigueur

Publié le 24/11/2011 • Par avec l'AFP Jean-Baptiste Forray • dans : Dossiers d'actualité, France

Le chef de l'Etat a défendu mercredi 23 novembre 2011 toute les réformes contestées imposées depuis quatre ans et demi par le gouvernement aux élus locaux et leur a demandé de prendre leur part de "l'effort" de réduction des dépenses publiques engagé par l'Etat.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Cet article fait partie du dossier

Congrès des maires 2011 : ce qu’il faut en retenir

Devant plus de 2.000 maires, en très grande majorité de droite, réunis à l’Elysée à l’occasion du Congrès des maires, le chef de l’Etat a longuement justifié les réformes de la carte judiciaire, de la carte militaire ou des hôpitaux, qui ont suscité les critiques de nombreux élus. « Je revendique ces choix, qui n’ont pas été faits pour embêter les maires (…) mais parce que nous percevions les périls qui s’approchaient de nos pays développés », a-t-il déclaré.

Un effort demandé aux collectivités – Répétant que le gouvernement respecterait « scrupuleusement le chemin fixé « pour la réduction des déficits, Nicolas Sarkozy a invité les collectivités locales à faire elles aussi un effort en la matière, « alors même que les demandes sociales sont immenses », a-t-il souligné.

Le chef de l’Etat a également appelé à avoir une vision d’ensemble. « Il ne peut pas y avoir d’un côté l’Etat, de l’autre les collectivités locales et la Sécurité sociale. C’est une vision totalement dépassée, mensongère qui prépare des lendemains qui déchantent, a-t-il insisté. Si on ne fait un effort que sur l’Etat, on ne fait un effort que sur un tiers de la dépense publique (…) Il y a la part de la sécurité sociale, 45% (des dépenses publiques), et la part des collectivités locales pour 20% », a-t-il ajouté.

Réforme territoriale et RGPP – Nicolas Sarkozy a inscrit dans ce même contexte financier contraint sa réforme, très contestée, des collectivités locales, qui se traduit notamment par une politique assumée de réduction du nombre des élus, même s’il a reconnu volontiers des ratés et des erreurs. « Entre ne rien faire et tout faire parfaitement, il y a sûrement une marge de manoeuvre à trouver », a-t-il affirmé.

Nicolas Sarkozy a également concédé que la RGPP était un sigle « si peu populaire parmi les maires. Je sais combien vous êtes attachés à l’école du village, mais pensez-vous que la France était en 1990 à ce point sous-administrée qu’il ait fallu créer un million de fonctionnaires entre 1990 et 2007 ? Nous assumons le choix de 150 000 postes de fonctionnaires enlevés entre 2007 et maintenant. »

Réforme des normes et accessibilité –  Soulignant l’exaspération des maires quant aux nombres de normes à respecter, il a indiqué qu’en parallèle de la RGPP, une « RGPP des normes » serait menée par le gouvernement. « Autant je serai très à l’écoute sur le droit de l’urbanisme et le droit du logement auxquels plus personne ne comprend quoique ce soit, autant je vous demande de faire attention à l’accessibilité, a-t-il néanmoins souligné. Il faut être exigeant avec les êtres humains qui n’ont pas eu de chance (…). Je pense qu’on doit être, avec eux, beaucoup plus tolérants qu’on ne l’est avec beaucoup plus de gens… »

Banques et emprunts toxiques –  Enfin, Nicolas Sarkozy a commenté les difficultés rencontrés par les collectivités pour accéder à des prêts bancaires. « Nous sommes l’un des pays les plus bancarisés du monde. Et nous, Etat, devons créer en 2004 la banque Oséo pour que les PME aient des prêts, et maintenant constituer une banque pour que les collectivités aient des prêts. Cela pose tout de même certaines questions sur la façon dont certains mènent leur métier et assument leurs missions. L’Etat le fait bien volontiers. Mais ce n’est tout de même pas prendre un risque que de prêter aux collectivités. Je remarque, d’ailleurs, que, lorsqu’il s’agit de financer des prêts pour la bulle immobilière, il n’y a pas de problème… », a-t-il conclu.

1 Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Gagner en efficacité : les points clés pour passer à l’e-administration

de Les webinars de DOCAPOSTE

--
jours
--
heures
--
minutes

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Nicolas Sarkozy invite les maires à prendre leur part de l’effort de rigueur

Votre e-mail ne sera pas publié

Fred Maupin

25/11/2011 02h01

Percevoir les dangers qui approchaient et persévérer dans la diminution des recettes fiscales de l’État, voilà une bien étrange méthode de gestion durable des finances publiques…

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement