Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Urbanisme de demain (Série 4/7)

La nécessité d’organiser la rétraction de l’infrastructure routière

Publié le 12/04/2023 • Par Auteur associé • dans : actus experts technique, France, Innovations et Territoires

Cyclists on the bike path along the Seine in Paris. France
Patryk Kosmider - stock.adobe.co
Et si la mobilité était le secteur le plus avancé en matière de sobriété urbaine ? L’hypothèse a de quoi surprendre. Elle conduit pourtant à porter un autre regard sur la gestion des infrastructures de transports – à commencer par la voirie – pour accompagner la baisse possible des déplacements.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Cet article fait partie du dossier

Les nouveaux modèles économiques urbains

Cet article est le quatrième d’une série issue de l’étude « Les Modèles économiques des services urbains au défi de la sobriété », menée en 2022 par les cabinets Ibicity, Espelia et Partie prenante, avec le soutien de l’Ademe, du Puca et de la Banque des territoires.

En 2013, le sociologue ­Bruno ­Marzloff, puis la Fabrique des mobilités, mettaient en avant la notion de « démobilité » pour montrer que, face aux enjeux écologiques, le report modal de la voiture individuelle vers les transports en commun et les mobilités actives ne suffisait pas et qu’il fallait aussi encourager le déplacement le moins émissif, celui qu’on ne fait pas. Dix ans et une pandémie plus tard, on ­comprend que la baisse du volume de déplacements par habitant pourrait être plus rapide que prévu, portée par la diffusion du télétravail. Avec quelles conséquences au niveau des infrastructures collectives ?

Logique de l’effet rebond

Pendant les périodes de confinement dues à la crise sanitaire, les infrastructures routières se sont retrouvées subitement surdimensionnées. Certaines collectivités locales en ont profité pour accélérer le déploiement des pistes cyclables et la piétonnisation de certaines rues, en diminuant la place accordée à la voiture, même si toutes les « coronapistes » n’ont pas été pérennisées. Nombre de collectivités territoriales avaient déjà engagé un mouvement similaire en matière de stationnement en réduisant les places de parking sur leur voirie.

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes, Club Techni.Cités

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Découvrez nos formules et accédez aux articles en illimité

Je m’abonne

Cet article fait partie du Dossier

Les nouveaux modèles économiques urbains

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Crise énergétique : quelle stratégie d’achat adopter ?

de Les webinaires de la Gazette des communes

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

La nécessité d’organiser la rétraction de l’infrastructure routière

Votre e-mail ne sera pas publié

Les informations à caractère personnel recueillies font l’objet d’un traitement par La Gazette des Communes du Groupe Moniteur, Nanterre B 403 080 823. Elles sont uniquement nécessaires à la gestion de votre commentaire à cet article et sont enregistrées dans nos fichiers. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Partager

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement