Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club finances

Marché de la dette

Taux d’usure : un coup de frein à la course effrénée ?

Publié le 24/01/2023 • Par Clémence Villedieu • dans : A la Une finances, Actu experts finances, Décryptages finances, France

One Swiss Franc coin on fluctuating graph. Rate of the Swiss Fra
Fotolia
Définis jusqu’ici tous les trois mois, les taux d’usure vont être, de manière temporaire, revus tous les mois. Cette décision acte une réalité largement décriée par les banques : en période de très forte volatilité des marchés, ce dispositif de sécurisation des emprunteurs est hors des clous. Reste à savoir si cette nouvelle mesure est aujourd’hui utile.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

A compter du premier février,  et durant six mois, les taux d’usure seront recalculés tous les mois. Fortement sensibilisés par les professionnels des crédits immobiliers aux particuliers, la Banque de France et le ministère de l’Economie ont acté le 11 janvier la nécessité de revoir le tempo des taux d’usure. Et pour les banquiers des collectivités territoriales ? « Nous n’étions pas dans la boucle car nous avions cessé de faire le siège du Trésor, depuis que nous avions retrouvé des marges pour prêter » explique Philippe Rogier, directeur de crédit de l’Agence France locale. Désormais, il n’y a plus de doute, la mesure est bien élargie au secteur public local.

Forte accélération du rythme

Depuis le printemps dernier, les taux d’usure qui imposent un niveau maximum aux taux des prêts bancaires étaient à la traîne des marchés financiers. Revus tous les trimestres et calculés par la Banque de France sur les taux bancaires des trois mois précédents, ils arrivaient trop tard ! Il faut dire que le rythme était très soutenu.

En mars 2022, les banques annonçaient leur difficulté ponctuelle à distribuer des prêts à taux fixes aux collectivités, leurs offres étant bloquées par le taux d’usure.  En juillet, le ministère revoyait le taux d‘usure en le dissociant selon les durées d’emprunt. Dans la foulée, la Banque centrale européenne (BCE) augmentait ses taux directeurs pour réduire la consommation et abaisser la pression sur les prix. En octobre, La Banque Postale et l’AFL déclaraient ne plus pouvoir prêter en taux fixe, les nouveaux taux d’usure bloquant à nouveau leurs offres. En décembre, la Banque européenne annonçait une nouvelle augmentation des taux de 0,50 % ; soit depuis juillet, quatre révisions portant l’augmentation à 250 points de base. Du jamais vu !

Un nouveau tempo ?

En janvier, les taux d’usure trimestriels ont fait un sacré bond : les taux fixes pour les prêts compris entre 2 ans et moins de dix ans sont passés en trois mois de 3,19 % à 4,25 % ; pour les prêts les plus longs (supérieurs à 20 ans), le taux est passé de 3 ,36 % à 4,48 %. « Avec ce barème et la baisse des taux d’intérêt, nous pouvons prêter à taux fixe sur les longues durées aux alentours de 3,50 % » rajoute Philippe Rogier . Et de commenter : « il est dommage que cette mesure arrive si tardivement. L’inertie du ministère a imposé aux collectivités, au printemps dernier, de s’endetter avec des taux variables ». Avec un taux mensuel calculé sur les taux bancaires du mois précédent, on peut s’attendre, en février, à des barèmes en baisse. Une nouvelle situation risque de voir le jour : une baisse des taux d’usure décalée par rapport à l’évolution des marchés. Oups ! A croire que le taux d’usure est un dispositif de pilotage des banques…un chouia artificiel.

Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur le Club finances

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Taux d’usure : un coup de frein à la course effrénée ?

Votre e-mail ne sera pas publié

Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement