open data

La communauté urbaine de Bordeaux incite au réemploi des données libérées

| Mis à jour le 22/07/2013
Par • Club : Club Techni.Cités

La direction des systèmes d'information (DSI) de la communauté urbaine de Bordeaux a mis en ligne le 2 novembre 2011 plusieurs jeux de données libérées actualisés toutes les trois minutes, comme les taux de remplissage des 20 parkings publics de l'agglomération, mais aussi un petit logiciel qu'il suffit de copier dans une page web pour qu'une ou plusieurs couches de données soit représentée sur une carte.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

« L’objectif est de faciliter le réemploi de nos 74  couches de données libérées par le plus grand nombre : inutile de savoir écrire une ligne de code, le petit javascript est caché derrière ‘l’APIcub’ que nous fournissons gratuitement sur le www.data.lacub.fr », explique un des territoriaux responsables du projet Open Data porté par la DSI, Pierre Placin.

Près de 5 000 visiteurs uniques – Le portail grand public relatif à cette démarche d’ouverture des données publiques a été lancé en juin dernier. Ainsi, entre juin et septembre, ce site a enregistré près de 5 000 visiteurs uniques.

Ceci dit, l’« APIcub » proposée depuis le 2 novembre 2011 ne gère pas le rafraichissement des données réactualisées toutes les trois minutes : le bloggeur ou le développeur devra lui-même générer les lignes de codes nécessaires à cette fonction.
« Cela nous a permis, par exemple, de générer en une minute ou deux une cartographie superposant les réseaux de transports en commun de l’agglomération et du département afin de trouver où faire le plus facilement correspondance de l’un à l’autre … mais notre petit logiciel ne calcule pas l’itinéraire et le temps de parcours estimé comme le propose le site internet du conseil général », souligne Pierre Placin.

Données sensibles – La CU de Brest s’est rapprochée de l’équipe de cinq fonctionnaires chargé de l’ouverture des données pour étudier les choix d’infrastructure opérés par la CU de Bordeaux.
En effet, fonctionnaires et élus n’ont aucune prise sur le devenir des données libérées consultées sur la plateforme de la CU. « Nous avons constaté que la ville de Paris avait libéré des données nominatives, comme les dépôts de permis de construire. Nous avons choisi de ne jamais le faire, pour des questions juridiques évidentes. Nous estimons aussi que les plans du réseau d’eau sont des données sensibles qui ne doivent pas être libérées », conclut Pierre Placin.

cet article est en relation avec
Commentaires

1  |  réagir

02/12/2011 10h34 - camille

En parlant de la ville de Paris Mr Placin confond Bulletin Municipal et Opendata. Pas facile de se faire mousser en maitrisant son sujet…

Signaler un abus

Ajouter un commentaire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - Antony Parc 2, 10 place du Général de Gaulle, La Croix de Berny – BP 20156, 92 186 Antony Cedex ou en cliquant ici.

L'actu Technique

Offre découverte 30 jours gratuits !

dernières offres d’emploi

services

Thèmes abordés

menu menu

Club Techni.Cités : l'information pour les techniciens de la FP