Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club finances

Sobriété énergétique

A Lyon, la fête des lumières est plus sobre mais toujours aussi lumineuse

Publié le 06/12/2022 • Par Françoise Sigot • dans : A la Une finances, Actu experts finances, Régions

PHOTO - IMG_1307095_01.jpg
Adobestock
En dépit de la flambée des prix de l’énergie, la capitale des Gaules maintient cet évènement majeur qui représente environ 0,1% de ses consommations énergétiques annuelles. Une trentaine de sites seront mis en lumière durant quatre jours à partir du 8 décembre.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

 

L’inflation énergétique n’aura pas raison de la Fête des Lumières de Lyon. Ce traditionnel rendez-vous de fin d’année qui draine des millions de visiteurs dans les rues de la ville va toutefois se mettre au diapason de la sobriété énergétique.

Toutes les installations éphémères seront réalisées à partir d’éclairages LED pour tirer vers le bas leurs consommation électriques. « Mais sobriété ne veut pas dire austérité », précise l’édile écologiste lyonnais. Gregory Doucet maintient donc le même nombre d’évènements que l’an dernier, soit une trentaine d’œuvres dont 17 portées par des artistes qui signent leur première participation, projetées sur les façades et les monuments emblématiques de la ville entre le 8 et le 11 décembre.

Il ne touche pas non plus aux amplitudes horaires et donne rendez-vous aux spectateurs entre 20 heures et minuit les trois premiers jours et de 18 heures à 22 heures le dernier. Au Parc Blandan, les animations dédiées aux enfants revêtiront même leurs habits de lumières à partir de 17h30.

3500 euros de budget énergie

Si la Fêtes des Lumières échappe au serrage de vis énergétique c’est d’abord parce que cette manifestation a su faire preuve de sobriété bien avant les premiers signes de tension sur l’énergie. En jouant sur des technologies nouvelles et en misant sur les LED, les artistes parviennent à s’inscrire dans la frugalité. Un peu contraints et forcés, car la prise en compte de l’impact environnemental des œuvres est un point qui figure dans les cahiers des charges imposés par la ville dans ses appels d’offres. Il représente 15% de la note attribuée aux artistes.

Par ailleurs, les bâtiments qui brillent de mille feux pendant quatre soirées font l’économie de leur éclairage ordinaire. C’est ainsi que la mairie chiffre la facture énergétique de la Fête des Lumières à environ 3500 euros, soit environ 0.1% de sa consommation énergétique annuelle. Un pas de plus sera franchi l’an prochain. La Fête des Lumières poursuit en effet l’ambition d’aller vers plus d’éco-responsabilité, en s’engageant dans la démarche de certification « Management d’événement durable » (ISO 20121).

Un budget contenu

Au-delà de la facture énergétique, l’édition 2022 de la Fête des Lumières promet également de rester dans la même amplitude budgétaire que la précédente. Le budget global de la manifestation est comme l’an dernier maintenu à 2 millions d’euros dont près de la moitié apporté par des mécènes. Un effort financier raisonnable au regard de la contribution au rayonnement de la capitale des Gaules que personne ne parvient toutefois à chiffrer avec précision. Certains commerçants, notamment dans la restauration ou les cadeaux souvenir, estiment que les ventes faites sur ces quatre jours peuvent représenter jusqu’à 10% de leur chiffre d’affaires annuel. L’an dernier, près de deux millions de visiteurs avaient répondu présents pour admirer les illuminations entre Saône et Rhône. Les belles années avant covid en attiraient 1 million de plus.

Régions

Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur le Club finances

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

A Lyon, la fête des lumières est plus sobre mais toujours aussi lumineuse

Votre e-mail ne sera pas publié

Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement