Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club Acteurs du sport

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club Acteurs du sport

Piscines

La géothermie de surface, très pertinente pour alimenter les piscines en énergie

Publié le 01/12/2022 • Par Florence Roux • dans : A la Une acteurs du sport, Actu expert acteurs du sport, actus experts technique, France

La géothermie de surface, pour alimenter les piscines en énergie
Smoothz911 - Adobe stock
La géothermie se révèle fort adaptée à la gestion des piscines ou des centres aquatiques, estime Astrid Cardona Maestro, ingénieure référente géothermie de surface pour l’Ademe, qui assure le suivi du Fonds chaleur. Pour l’instant, seule une cinquantaine y ont recours… Mais ça pourrait évoluer, sur fond de crise de l’énergie et de nécessiter de diminuer l’empreinte carbone.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Alors qu’Agnès Pannier-Runacher, ministre de la Transition énergétique, vient d’annoncer le lancement, dans quelques semaines, d’un plan pour développer la géothermie, qu’un collectif France Géoénergie, réunissant les acteurs publics et privés de la filière, a été créé le 22 novembre au Salon des maires, la géothermie aurait-elle le vent en poupe ? Entretien.

Qu’est-ce que la géothermie de surface ?

La géothermie de surface concerne l’exploitation de l’énergie du sous-sol, du sol, des roches ou d’une eau dans les 200 premiers mètres de profondeur. Elle se distingue de la géothermie profonde pour laquelle on fore jusqu’à – 1500 ou 2000 mètres. Et elle compte deux principales technologies d’exploitation : l’une sur nappe et l’autre par sonde (1). Jusqu’à 200 mètres, la température du sol, des roches ou d’une eau de nappe, se situe entre 10 et 18 degrés. On a donc besoin d’une pompe à chaleur qui capte l’énergie du sous-sol et, via un système de compression, réhausse le niveau de température de cette chaleur pour la diffuser dans le bâtiment via des émetteurs de type plancher chauffant, ventilo-convecteurs ou radiateurs basses températures…

Quels sont les atouts de cette source d’énergie, pour les piscines et centres nautiques en particulier ?

Les premiers avantages de la géothermie de surface sont d’exploiter une énergie renouvelable, locale, qui peut s’envisager sur 85% du territoire hexagonal. Et, c’est très intéressant pour les équipements nautiques, elle est extrêmement stable dans le temps : on peut la puiser en continu, 24 heures sur 24, 365 jours par an…  Par ailleurs, la pompe à chaleur n’a besoin que de très peu d’électricité pour faire fonctionner son compresseur. Le coefficient de performance (Cop)  de ces pompes se situe généralement autour de 4, voire 5. Donc, pour un Cop de 5, la pompe aura restitué cinq kilowattheures de chaleur dans le bâtiment et n’aura consommé qu’un kilowattheure électrique. Elle peut donc fortement contribuer à faire baisser la facture énergétique et l’empreinte carbone d’une piscine.

Quels besoins peut-elle couvrir dans les piscines ?

Ces solutions peuvent couvrir, selon les projets, jusqu’à 100% des besoins, pour le maintien en température des bassins, le pré-chauffage de l’eau chaude sanitaire, la déshumidification de l’air  et le chauffage ou le refroidissement des bâtiments.  Elles souffrent d’un déficit de connaissance, mais les technologies de la géothermie sont aujourd’hui très maîtrisées et présentent, en outre, l’intérêt d’avoir un moindre impact sur le paysage, en dehors d’un local pour la pompe à chaleur.

Cependant, malgré les atouts qui vous décrivez, seules une cinquantaine de piscines sur plus de 6000 utilisent la géothermie…

L’inconvénient, outre sa méconnaissance, est lié à l’investissement initial, avec un surcoût qui, selon la taille des projets, peut atteindre jusqu’à plusieurs centaines de milliers d’euros. Mais c’est vraiment une solution pour laquelle il faut raisonner en coût global sur toute la durée de vie des investissements, avec le gain d’économie, mais aussi, un faible coût de maintenance. Il faut vérifier la pompe une fois par an, également les forages pour les systèmes de forage dans les nappes. Mais il n’y a pas d’entretien pour les systèmes par sonde. Intéressant, encore, pour les gestionnaires d’équipement publics : leur durée de vie. Elle a été estimée récemment à 24 ans pour les pompes à chaleurs, à 27 ans par des opérateurs suisses qui les utilisent depuis longtemps et qui, par ailleurs, annoncent des durées de vie de 50 ans pour les forages sur nappe et de 50 ans -voire 100, pour les système par sondes. Avec la géothermie de surface, on parle même de participer à la valorisation des actifs immobiliers.

Quelles aides peut obtenir une collectivité pour l’investissement initial ?

Le Fonds chaleur de l’Ademe peut leur octroyer une aide jusqu’à 70% du financement des études de projets. Les aides à la réalisation du projet, elles, varient de 20 à 45% de l’investissement, en fonction du niveau de production de chaleur visé, sur la base des études réalisées. Et tous les acteurs, bureaux d’étude, foreurs et installateurs de pompe à chaleur, doivent être qualifiés en géothermie. Chaque porteur de projet peut se rapprocher de l’Ademe pour se faire conseiller en amont… Et, bien sûr, la première recommandation sera toujours, avant tout, de réduire la consommation énergétique.

Cet article est en relation avec les dossiers

Notes

Note 01 La géothermie de nappe, la plus utilisée, récupère l’eau de nappes, la fait circuler dans le bâtiment et la restitue plus loin. Elle est en circuit ouvert. La seconde, la géothermie sur sonde, fait circuler en profondeur, en circuit fermé, une eau glycolée qui remonte la chaleur du sol en surface pour la transmettre au bâtiment. Retour au texte

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur le Club Acteurs du sport

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

La géothermie de surface, très pertinente pour alimenter les piscines en énergie

Votre e-mail ne sera pas publié

Club Acteurs du sport

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement