Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club Santé Social

Insertion

Des équipes opérationnelles facilitent l’accès aux soins des personnes précaires

Publié le 09/12/2022 • Par Laure Martin • dans : A la Une santé social, Actu expert santé social

EIAS : la qualité des soins et la sécurité des usagers dans le médicosocial
Mizkit - Adobe stock
Depuis une trentaine d’années, l’Agence régionale de santé (ARS) Île-de-France soutient et déploie des actions « d’aller-vers » pour les publics les plus éloignés du système de santé. Depuis un an, elle finance une quarantaine d’équipes opérationnelles intervenant pour l'accès aux soins des personnes en situation de grande précarité.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Dans le cadre de sa mesure 27, le Ségur de la santé permet le développement et le renforcement de dispositifs visant à lutter contre les inégalités de santé, avec notamment la reconnaissance réglementaire de plusieurs types d’équipes mobiles dans le champ médico-social, ouvrant la voie à des financements sur 15 ans.

Deux appels à projets

C’est dans ce cadre que l’ARS Île-de-France a lancé deux appels à manifestation d’intérêt en 2021. Le premier concerne le financement d’équipes facilement rattachables à des structures médico-sociales d’hébergement déjà autorisées notamment les Lits haltes soins santé (LHSS) ou encore les Appartements de coordination thérapeutique (ACT), pour des patients atteints de pathologies chroniques devant être suivis dans leur parcours.

« Les financements permettent aux équipes de s’agrandir, afin de développer la prise en charge sur site et hors structure », fait savoir Magali Guegan, directrice adjointe de la santé publique à l’ARS.

Le second appel à manifestation d’intérêt concerne une nouvelle catégorie d’établissements créée par décret : les équipes mobiles médico-sociales pour les personnes en situation de précarité qui, au niveau de l’ARS, se traduisent par des Equipes mobiles santé précarité (EMSP) et des Equipes de soins infirmiers précarité (ESIP).

Une intervention sur le terrain

L’association Hôtel Social 93, en Seine-Saint-Denis, a répondu au deuxième appel à manifestation d’intérêt de l’ARS, car « à l’origine, nous n’étions qu’une structure sociale dans le secteur de l’hébergement », explique Laëtitia Joao, responsable de l’EMSP de l’association. Désormais, elle est reconnue dans le domaine sanitaire, et dispose de moyens pour salarier des travailleurs sociaux et des infirmiers, et ainsi composer une équipe professionnelle.

Depuis avril 2022, l’EMSP intervient à la suite d’un signalement effectué par des partenaires du secteur, auprès d’un public précaire ayant une problématique de santé. « Nous intervenons auprès de personnes sans domicile ou en hébergement mais sans suivi médical », explique Cathy Injai, infirmière.

Souvent les personnes refusent les soins en raison de mauvaises expériences antérieures, d’une méconnaissance du système de santé ou parce qu’elles sont victimes de problèmes psychologiques ou psychiatriques. Après avoir obtenu l’accord de la personne, l’EMSP se déplace jusqu’à elle en camion. L’infirmière effectue alors les premiers soins notamment des pansements ou des injections. Elle peut aussi intervenir pour de l’éducation thérapeutique ou un suivi plus global, telle que la prise en charge de pathologies chroniques.

Le travailleur social intervient, de son côté, pour l’ouverture des droits de la personne, la mise en relation avec les différents dispositifs existants voire l’accompagnement dans le parcours de soins. Entre avril et septembre 2022, l’EMSP a pris en charge une quarantaine de personnes.

Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur le Club Santé Social

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Des équipes opérationnelles facilitent l’accès aux soins des personnes précaires

Votre e-mail ne sera pas publié

Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement