logo
Adresse de l'article https://www.lagazettedescommunes.com/83782/les-tresoriers-de-haute-corse-se-rebellent-contre-la-rgpp/

RÉFORME DE L'ETAT
Les trésoriers de Haute-Corse se rebellent contre la RGPP
Isabelle Verbaere | Régions | Publié le 08/11/2011

Une première. Les trésoriers de Haute-Corse dénoncent publiquement l’impact de la RGPP sur leurs missions. Conférence de presse, fermeture des services, depuis fin octobre, ils multiplient les actions afin d’alerter les usagers et les élus. Le 3 novembre, ils étaient reçus par le conseiller technique de François Sauvadet en déplacement en Corse.

« Nous n’avons plus les effectifs nécessaires pour exercer dans de bonnes conditions l’essentiel de nos missions notamment auprès des collectivités locales, s’emporte Antoine Moracchini, membre de l’intersyndicale (FO, CGT, Snui, CGC) des trésoriers de Haute-Corse.
Conférences de presse, fermetures des services… Depuis fin octobre, ils multiplient les actions afin d’alerter les usagers et les élus. « Ils sont les premiers en France, à mettre ainsi sur la place publique les conséquences de la Rgpp sur nos missions régaliennes, souligne Vincent Brezet, porte-parole de l’Union Snui-Sud-Trésor. Mais le problème est national. 60 à 70 % des départs à la retraite ne sont pas remplacés aux finances publiques. »

Retard dans les rentrées de recettes – Le 3 novembre, les trésoriers de Haute-Corse demandent à François Sauvadet, en visite à Bastia, de les recevoir. Ils rencontrent un conseiller technique du ministre de la Fonction publique. «Nous lui avons expliqué que nous ne pouvions plus travailler dans des délais raisonnables », poursuit Antoine Moracchini. « Cela se traduit, pour les collectivités locales et leurs établissements publics, par des retards dans la rentrée des recettes, entraînant des tensions de trésorerie. C’est le cas, par exemple, pour les OPH », ajoute Antoine Moracchini. Nous n’avons plus les moyens humains de courir derrière les loyers impayés et de suivre les situations contentieuses».

Moins de conseils – Les trésoriers Corses regrettent également de ne plus avoir le temps d’assurer leur rôle de conseil, essentiel auprès des petites communes. « La France perd plusieurs dizaines de trésoreries par an, s’alarme Vincent Brezet. Les élus voient ainsi la gestion de leurs comptes s’éloigner. Quelles conséquences concrètes ces restructurations ont-elles sur les collectivités locales ? Pour le savoir, nous avons lancé une enquête dans le Tarn et la Haute Garonne dont nous publierons les résultats début 2012. »

De leur entretien avec le conseiller technique, les trésoriers corses sont sortis mitigés. Satisfaits d’avoir été écoutés, mais aussi inquiets de ne pas avoir été entendus. « Il a évoqué de nouvelles contraintes budgétaires qui se profilent », conclut Antoine Moracchini.