Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Pollutions agricoles

La baie de Concarneau malmenée par les algues vertes

Publié le 07/11/2011 • Par Stéphanie Stoll • dans : Régions

Cet automne, les élus de la baie de Concarneau (Finistère) subissent une prolifération d’algues vertes exceptionnelle en même temps qu’ils essuient un avis défavorable du comité scientifique au plan algues vertes, au sujet du projet de territoire qu’ils ont déposé en préfecture le 30 juin 2011.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Rennes, le 26 octobre, le comité de suivi du plan gouvernemental de lutte contre les algues vertes se réunit. A Fouesnant (Finistère), c’est jour de grande marée. A Rennes, le comité scientifique rend public et étaie son avis défavorable au plan de lutte contre les algues vertes, proposé par les élus de la baie de Concarneau. A Fouesnant, le flot charrie des tonnes d’algues vertes sur la plage de Cap Coz.

10 000 m3 à Fouesnant depuis septembre – Depuis le début de l’année 2011, les services communaux de Fouesnant ont ramassé 12 000 m3 d’algues vertes sur les plages, dont 10 000 m3 en septembre et en octobre. Les algues sont ensuite acheminées vers la déchetterie intercommunautaire de Kerambris pour y être co-compostées avec des déchets verts. Or l’arrivage d’algues a été tellement massif que l’usine a manqué de déchets verts pour traiter les ulves. La plage n’ayant pas été fermée, pour faire face à l’urgence, plusieurs tonnes d’algues ont alors été stockées sur des parcelles agricoles. L’an prochain, le plan gouvernemental prévoit de construire à Kerambris, une unité confinée de co-compostage des algues, d’une capacité de 2000 tonnes par mois, pour un coût de 4M€ HT, financés à 80% par l’Etat (via l’Ademe).

« Manque d’ambition et d’innovation »- Le 26 octobre, à Rennes, le comité scientifique du plan algues vertes n’a ménagé personne dans son avis défavorable au projet algues vertes de la baie de Concarneau. Au début de l’été, les communautés de communes du pays fouesnantais et de Concarneau-Cornouaille avaient transmis en préfecture leur projet de plan de prévention des marées vertes qui annonce 13,31 M€ de dépenses d’ici 2015.

Les scientifiques regrettent « un diagnostic incomplet qui ne constitue pas une base suffisante pour la conception du projet » et relèvent « un manque général d’ambition et d’innovation, se traduisant par le fait que de nombreuses actions sont l’application simple de la réglementation en vigueur, et que bien peu sont assorties d’engagements chiffrés et de garanties en termes d’obligation de résultats ».

Troisième avis défavorable – « Le fait que ce troisième projet fasse l’objet d’un nouvel avis défavorable, et que dans l’ensemble aucun des trois projets examinés n’ait été jugé suffisamment ambitieux pour atteindre les objectifs à long terme du plan d’action doit interpeller et susciter une réflexion plus générale, conclut le comité scientifique. (…) Enfin, et c’est peut être le point essentiel, les acteurs locaux ne disposent pas d’une vision claire de ce que leur demande la société, et plus précisément de quelle agriculture elle veut sur ces territoires. On constate à tous les niveaux une contradiction entre, d’un côté, l’affichage d’une volonté forte de limiter les nuisances liés aux marées vertes et de l’autre le souci de préserver un certain statu quo, qui se manifeste clairement dans les faits. L’incapacité de produire des projets satisfaisants, à laquelle s’ajoute le risque que la phase volontaire de la mise en oeuvre des actions rencontre un succès mitigé, va selon toute probabilité retarder un processus de reconquête de la qualité du littoral qui, par nature, sera déjà forcément lent. »

Cet article est en relation avec le dossier

1 Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Comment mettre la relation citoyen au cœur de la stratégie numérique du territoire ?

de Orange Business Services

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

La baie de Concarneau malmenée par les algues vertes

Votre e-mail ne sera pas publié

Jean Jacques

08/11/2011 09h20

Il me semble que le comité scientifique a bien résumé la situation et les contradictions dans lesquelles les décideurs se trouvent empêtrés

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement