Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club finances

L’agence publique a ses détracteurs

Publié le 17/10/2011 • Par La Rédaction • dans : Billets finances

La création d’une agence publique de financement des collectivités locales anime les dîners du microcosme territorial. La parole, aujourd’hui, est donnée à ses détracteurs.

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

«Comment voulez-vous que cette structure soit compétitive, avec le montant du ticket d’entrée ? » interroge un banquier. C’est le principal argument de ses détracteurs. L’obligation pour l’agence de se doter d’un ratio important de fonds propres explique cette contribution. « Il faudra de la pédagogie pour convaincre les collectivités d’emprunter une première fois à des conditions supérieures au marché », admet un des artisans du projet. « Le coût d’immobilisation du ticket d’entrée a été pris en compte dans les simulations démontrant l’intérêt financier », répondent les promoteurs du projet.

Assainir le marché

L’effet d’éviction des collectivités riches par les collectivités pauvres est un second argument. « Quel intérêt aura une collectivité notée triple A, pouvant aller seule se financer sur les marchés, à accorder sa caution à des collectivités mal gérées », interroge un dir’fi. « L’intérêt de plusieurs collectivités notées AAA prouve le contraire », répond un autre. « La solidarité n’est pas une vertu universelle, mais cette agence, qui paraît coûteuse, va assainir un marché qui en a besoin », observe un élu. Le sous-effectif d’une agence annonçant 20 employés au lancement fait l’objet de commentaires parfois sarcastiques. « Nous n’aurons pas besoin d’un réseau commercial, ni d’ingénierie financière car nous ne proposerons que des produits simples », répond Olivier Landel, délégué général de l’Association des communautés urbaines de France. « Nous pourrons externaliser une partie de notre fonctionnement », enchérit Franck Claeys, chargé des finances à l’Association des maires de grandes villes de France. Certains ajoutent que les émissions obligataires syndiquées lancées précédemment se sont soldées par un coût supérieur au marché. « Le fait d’offrir aux investisseurs une structure propriété des collectivités locales et garantie par elles permet une mutualisation et une solidité assurant un accès pérenne à la liquidité à coût maîtrisé », répond Olivier Landel. Le débat est lancé…

Cet article est en relation avec le dossier

Thèmes abordés

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Compétences numériques des agents territoriaux : état des lieux inédit et voies d’amélioration

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur le Club finances

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

L’agence publique a ses détracteurs

Votre e-mail ne sera pas publié

Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement