Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club finances

En route vers la cessation de paiement

Publié le 10/10/2011 • Par La Rédaction • dans : Billets finances

La crise de liquidité actuelle pourrait se traduire par des situations de cessation de paiement de collectivités prises au dépourvu.

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

Ce n’est pas une fiction. Plusieurs experts l’affirment. Des collectivités, dont on ignore le nombre, devraient se retrouver avant la fin de l’année dans l’incapacité d’honorer leurs engagements. Autrement dit, en cessation de paiement. « Peuvent se trouver dans ce cas des collectivités ayant épuisé leur ligne de trésorerie et se heurtant au refus des banques de les renouveler, prévoit un banquier. Si ces mêmes collectivités essuient un semblable refus de se voir accorder des emprunts à long terme, le risque de cessation de paiement est bien réel. » Certes, cet état de fait ne serait que temporaire, mais l’on se doute de l’image qu’il donnerait de la qualité de signature des dites collectivités.

Des pratiques à oublier

Ce phénomène, donc probable, montre à quel point la crise de liquidité actuelle doit être prise au sérieux, bien plus que les emprunts dits « toxiques », qui ne concernent que les collectivités les ayant contractés.
D’ores et déjà, il apparaît acquis que la technique de gestion budgétaire des collectivités via le recours aux lignes de trésorerie vit ses derniers instants. Les directions financières, qui consolidaient à la fin de l’année leurs lignes de trésorerie pour se mettre en conformité avec les nomenclatures comptables, puis remboursaient quarante-huit heures plus tard ces mêmes lignes, ne pourront plus le faire, faute de liquidité disponible…
La défiance qu’inspirent désormais le secteur public et les banques européennes aux investisseurs institutionnels, conjuguée avec les obligations de Bâle 3, qui exigent des banques les mêmes ratios de sûreté qu’elles prêtent à des entreprises privées ou à des collectivités publiques, se révèle effectivement catastrophique. « Que l’agence publique voie le jour ou non, il faut que chacun comprenne que le temps où les collectivités pouvaient inscrire à leur budget une recette d’investissement constituée d’emprunts bancaires sans se poser de question est révolu », assène un expert. La situation est telle que certains préconisent l’instauration d’une journée complémentaire pour les investissements.

Thèmes abordés

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Protection sociale complémentaire : que change l’ordonnance pour les agents et les collectivités ?

de La Rédaction de la Gazette des communes avec le soutien de la MNT

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur le Club finances

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

En route vers la cessation de paiement

Votre e-mail ne sera pas publié

Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement