Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club finances

Avis de beau temps sur l’Ile-de-France

Publié le 04/07/2011 • Par La Rédaction • dans : Billets finances

Délibéré ou fortuit ? L’Ile‑de‑France, parfois présentée comme la vache à lait de la péréquation, sort grande gagnante des dernières réformes. Explication.

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

Si les textes issus de la dernière loi de finances demeurent en l’état, l’Ile‑de‑France pourra dire « merci ». Pour de multiples raisons, qui devraient accroître la concentration des richesses en son sein. La suppression de la taxe professionnelle, et du pouvoir de taux associé, a conduit le législateur à assimiler produit fiscal et potentiel fiscal. Résultat : une richesse supposée passant de 45 % au-dessus de la moyenne nationale à 2 % en dessous… « Cela alors même que la région, sur la base des dernières données disponibles, va percevoir, après la réforme, 215 % du produit fiscal qu’elle avait avant », souligne Alain Guengant, professeur d’économie à l’université de Rennes 1.

Fiscalité dynamique

Et si la collectivité reverse l’équivalent des 115 % excédentaires au fonds national de garantie individuelle des ressources (FNGIR), elle bénéficie d’une fiscalité potentiellement dynamique (assise sur des bases réelles), quand d’autres reçoivent une dotation figée. Pire : ce mécanisme s’exerce de façon systématiquement opposée pour les régions « pauvres » (Midi-Pyrénées ou Languedoc-Roussillon), dont l’indicateur de richesse est revu à la hausse alors qu’elles héritent de ressources gelées… Mais ce n’est pas tout. « Ce nouveau calcul de la richesse aboutira à ce que l’Ile‑de‑France ne soit plus contributrice de la péréquation mais bénéficiaire », fait valoir Alain Guengant. Ainsi, le fonds de péréquation de la contribution à la valeur ajoutée des entreprises, censé corriger les effets pervers de la réforme, devrait se retrouver en grande partie vidé de sa substance. En revanche, penserez-vous, les départements franciliens paient un lourd tribut au fonds de péréquation de droits de mutation. Non plus ! Ce fonds a opéré un prélèvement important de l’Ile‑de‑France vers la province cette année, qui devrait se reproduire l’an prochain. Mais il se tarira dès 2013, grâce à un ingénieux amendement réduisant de cinq à deux ans les années de référence pour le calcul de la partie du prélèvement reposant sur les flux.

Thèmes abordés

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Accompagner au plus près les entreprises locales grâce au numérique

de Salesforce

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur le Club finances

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Avis de beau temps sur l’Ile-de-France

Votre e-mail ne sera pas publié

Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement