Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club RH

JUSTICE

Un DGS et un président du centre de gestion relaxés après le suicide d’un DGA

Publié le 22/09/2022 • Par Isabelle Jarjaille • dans : Actu juridique, France, Toute l'actu RH

AdobeStock_526243138-ok
Adobe Stock
L'ancien directeur général des services et l'ancien président du centre de gestion du Morbihan étaient jugés pour « harcèlement moral », suite au suicide du directeur général adjoint en août 2014. Dans son jugement, le tribunal de Vannes estime que le harcèlement n'est pas établi et relaxe les deux prévenus. Un cas d'école pour le Syndicat national des directeurs généraux des collectivités territoriales (SNDGCT).

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Le 27 août 2014, Frédéric Georges, directeur général adjoint (DGA) du centre de gestion (CDG) du Morbihan, en poste depuis 2003, se donnait la mort en sautant d’un pont, laissant une lettre accusant le directeur général des services (DGS) et le président du CDG d’être à l’origine de son acte. Sept ans plus tard, le tribunal de Vannes juge que les faits de harcèlement moral ne sont pas établis et acquitte Dominique Auble, ancien DGS, et Joseph Rohan, ancien président.

Les deux hommes étaient poursuivis pour « harcèlement moral : agissements répétés ayant pour objet ou effets une dégradation des conditions de travail pouvant porter atteinte aux droits, à la dignité, à la santé ou à l’avenir professionnel d’autrui commis du 1er janvier 2014 au 27 août 2014. » L’épouse du DGA estimait que ...

[80% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Découvrez nos formules et accédez aux articles en illimité

Je m’abonne
1 Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Comment accompagner les ménages vers la rénovation énergétique de leur logement sur votre territoire ?

de SOLIHA

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur le Club RH

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Un DGS et un président du centre de gestion relaxés après le suicide d’un DGA

Votre e-mail ne sera pas publié

Nico22

23/09/2022 02h48

Pour ceux qui savent ce que le mot HARCELEMENT veut dire:

En mémoire à Magalie et tant d’autres.

https://france3-regions.francetvinfo.fr/occitanie/haute-garonne/toulouse/haute-garonne-harcelee-a-son-travail-l-employee-municipale-se-suicide-et-sa-famille-porte-plainte-2619240.html

Commenter
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement