Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club Éducation et vie scolaire

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club Éducation et vie scolaire

EDUCATION

La parentalité positive ou comment rendre les enfants heureux

Publié le 22/09/2022 • Par Auteur associé • dans : A la Une Education et Vie scolaire, Actu expert Education et Vie scolaire, France

TL756_sabrinabury_220908_9684
D.R.
Les découvertes sur le cerveau ouvrent de nouvelles pistes. Avec les bébés comme avec les ados, elles montrent que sans renoncer à l’autorité, une éducation bienveillante favorise une relation de confiance. Depuis plus de dix ans, les scientifiques sont parvenus à expliquer de quelle manière les neurones se développent et se connectent entre eux durant l’enfance, en fonction de la qualité des relations entretenues avec l’entourage. Psychologues et pédagogues s’en emparent pour donner de nouvelles clés aux parents.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Par Fauve Sodade, psychologue scolaire

Principes de l’éducation bienveillante

En France, les principes de la parentalité positive sont popularisés par les pédiatres comme Catherine Gueguen et des psychothérapeutes comme Isabelle Filliozat. Elles insistent sur la nécessité pour les parents d’identifier les émotions de leurs enfants mais aussi les leurs.

Il s’agit d’exercer l’autorité avec empathie, en tenant compte des besoins et des limites de l’enfant, clairement identifiés selon l’âge grâce aux études sur le cerveau. Dans la tête des parents, ces avancées scientifiques font parfois mauvais ménage avec un héritage culturel dans lequel « une fessée n’a jamais fait de mal à personne ». Malgré tout, bon nombre de parents s’y intéressent.

Bannir menaces et humiliations 

On sait aujourd’hui que des paroles humiliantes répétées peuvent détruire des neurones. Au contraire, une relation empathique et soutenue permet au cerveau d’évoluer de façon optimale. Les liens affectifs influencent à la fois les capacités mnésiques, d’apprentissage, de réflexion que les capacités relationnelles et les émotions.

Visionnaire, le psychiatre John Bowlby a le premier, rangé la sécurité affective parmi les besoins primaires. Les gestes de tendresse déclenchent en effet chez l’enfant la production d’ocytocine, l’hormone du bien-être, qui permet un développement optimal des fonctions cérébrales.

Chez le jeune enfant, la région frontale du cerveau, qui permet de raisonner, de résoudre des problèmes et de résister aux impulsions, est encore en formation, indique Marie-Hélène Chalifour, psychopédagogue. Il en est de même pour le système limbique qui sert à contrôler ses émotions, des connexions restent encore à faire entre les neurones. Cette immaturité du cerveau explique plusieurs comportements de l’enfant, et l’éducation bienveillante en tient compte.

Ce que nous apprend la science 

La science nous apprend qu’il faut cesser de voir un comportement intentionnel dans les colères des tout- petits. Les enfants ne sont pas capables de gérer leurs émotions avant 5 ou 7 ans. Le petit enfant ne peut donc s’apaiser seul.

Lorsqu’un jeune enfant se roule par terre, il vit une tempête émotionnelle qui le dépasse. « Il faut rester ferme ! », peut-on entendre. Or, il s’agit au contraire de se tenir aux côtés de l’enfant pour mettre des mots sur ce qu’il ressent, le sécuriser, le rassurer. L’image que l’enfant aura de lui-même se construit directement à partir des remarques de ses parents.

Cultiver le plaisir d’être ensemble

La pandémie a fait prendre conscience aux parents de  l’importance d’être en famille. Patrice Huerre, psychiatre souligne ce point : « Les parents doivent absolument veiller à ce que la scolarité ne prenne pas toute la place dans la vie de leur enfant. Le temps passé ensemble ne doit pas se résumer à une relation parent-élève. Au contraire, il faut partager avec lui ses passions et ses jeux ».

Privilégier les consignes positives

« Ne cours pas, ne tape pas ton frère… » Ce type de phrase attire l’attention de l’enfant sur ce qu’il ne doit pas faire, ce qui ne l’aide pas à respecter la consigne. En effet, les tout-petits peuvent avoir de la difficulté à se contrôler pour respecter un interdit, car le mécanisme censé les empêcher de poser un geste interdit (inhibition) se développe très lentement dans le cerveau.

Or, les consignes positives dirigent l’attention de l’enfant sur le comportement souhaité,  elles sont donc plus faciles à respecter. Par exemple, au lieu de dire à un enfant: « Ne saute pas sur le canapé », lui dire : « sur un canapé, on s’assoit. »

Isabelle Filliozat rappelle que « C’est lorsqu’ils semblent en mériter le moins, que les enfants ont le plus besoin d’amour et d’attention », que l’amour n’est pas une récompense mais  un carburant et que l’enfant a besoin de ce carburant pour avoir des comportements appropriés.

Bibliographie

  • Pour une enfance heureuse : repenser l’éducation à la lumière des dernières découvertes sur le cerveau de Catherine Gueguen édition Pocket
  • J’ai tout essayé!, I. Filliozat, Éditions Marabout, 2013
Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Comment accompagner les ménages vers la rénovation énergétique de leur logement sur votre territoire ?

de SOLIHA

--
jours
--
heures
--
minutes

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur le Club Éducation et vie scolaire

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

La parentalité positive ou comment rendre les enfants heureux

Votre e-mail ne sera pas publié

Club Éducation et vie scolaire

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement