Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

[SÉRIE 7/7] LE CHANGEMENT (CLIMATIQUE), C’EST MAINTENANT !

Incendie : la Sologne se prépare au pire

Publié le 19/09/2022 • Par Alexandre Léchenet • dans : Actu experts prévention sécurité, Innovations et Territoires, Régions

REP CHER_2523191
A. Léchenet
Avec le changement climatique, le risque de feux de forêt devrait augmenter dans le Cher. La forêt et ceux qui y vivent n’y sont pas forcément préparés. Plusieurs défis doivent être relevés par le service départemental d’incendie et de secours, et le conseil départemental : entretien des forêts, mobilisation de ses usagers, prévention des comportements à risque…

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

« Nous sommes à un tournant, il nous faut revoir notre stratégie », constate ­Anne ­Cassier, conseillère départementale du Cher et adjointe au maire ­d’Argent-sur-Sauldre, dans le nord du département. Le 18 juin, un feu s’est déclaré en bord de route et a menacé la forêt dans le village voisin ­d’Aubigny-sur-Nère : 7,5 hectares de forêt ont brûlé et le feu a été rapidement maîtrisé.

L’élue était présente aux côtés des pompiers sur le centre de c­ommandement monté sur le ­tarmac de l’aérodrome. Elle se souvient d’avoir craint l’embrasement des forêts de pins typiques de la ­Sologne. Après quelques semaines, on distingue, certes, des arbres morts au milieu d’autres, mais la verdure reprend déjà place dans les sous-bois noircis par le feu. Elle espère que ­l’incendie ­permettra de rappeler aux ­habitants que le risque de feux de forêt n’est pas réservé au Sud de la France.

Une culture à changer

La prévention est la mère de toutes les batailles. Depuis le début de l’été, une réunion matinale quotidienne autour des prévisions de Météo France a été instaurée. Le Sdis, la direction départementale des territoires de la préfecture du Cher et l’ONF y participent. Les cartes de prévisions sont suffisamment précises et permettent, notamment, de mobiliser les engins des pompiers au plus près du risque, pour réagir rapidement en cas d’incendie.

Le 18 juillet, en pleine canicule, pour la première fois dans le département, le préfet a aussi signé un arrêté interdisant les travaux forestiers et les promenades en forêt. « Tout le travail de prévention qui peut être fait est autant de départs de feux évités », renchérit ­Bertrand ­Dugrain, directeur de l’ONF Berry-­Bourbonnais. Le modèle n’est pas difficile à trouver. « Nous devons adopter les méthodes du Sud de la France. »

C’est toute une culture qu’il faut changer. Michaël ­Bruneau, directeur départemental du Sdis, se félicite par exemple d’avoir vu davantage de déchaumeuses au bord des champs, lors des récoltes, prêtes à labourer pour créer une frontière naturelle en cas d’incendie, évitant ainsi qu’il ne se propage.

Zones de retournement

La question du débroussaillage autour des propriétés installées en forêt ou le long des chemins devra être posée. Faudra-t-il forcer les propriétaires forestiers ? Dans le département, 85 % des forêts sont privées. Le Groupement d’études et de développement pour l’économie forestière du ­Loiret et de la ­Sologne en réunit une partie et organise des sensibilisations et des exercices en compagnie des pompiers. Ils doivent ouvrir des chemins et prévoir des zones de retournement.

L’engrillagement, fréquent dans les grandes propriétés solognotes, devra aussi être abordé, puisqu’il empêche parfois les pompiers d’entrer dans la forêt ou le gibier d’en sortir en cas d’incendie. « Le risque de feux de forêt va augmenter et il n’y a pas encore une culture de ce risque dans le Cher. Il faut l’intégrer », indique ­Bertrand ­Dugain.

Autant donc de questions auxquelles il s’agit de répondre afin d’anticiper l’impact de ces feux sur le fonctionnement du Sdis et des autres acteurs. Ils sont au menu du prochain schéma départemental d’analyse et de couverture des risques, qui prendra en compte les nouveaux risques induits par le changement climatique. Une sous-commission dédiée va, en outre, être mise en place par la préfecture.

Solidarité mise à mal

Restera alors la question du financement des conséquences matérielles de ces réflexions. Le département réfléchit à installer des panneaux en forêt pour prévenir des risques d’incendie. « L’axe fort, c’est la ressource en eau, pointe Joël ­Martinet, directeur général des services du conseil départemental. Il faut assurer sa pérennité et la sécheresse de 2019 a montré quelques défaillances dans les interconnexions entre bassins. »

Au cœur du dispositif, le Sdis voit les problèmes arriver sur ­plusieurs fronts. Sollicités pour pallier les fermetures de services d’urgence, la désertification médicale ou ­l’assistance aux personnes âgées restant de plus en plus à domicile. Il faut, par ailleurs, répondre aux appels à la solidarité des autres Sdis, pour lutter contre les feux de forêt ou protéger les habitants après des orages violents, risquant d’être plus nombreux en raison du changement climatique.

Une solidarité qui pourrait être mise à mal par la survenue de feux de forêt dans le Centre. Au mois de juillet, alors que plusieurs incendies frappaient la Gironde et le Finistère, et que la situation n’était pas moins calme dans le Cher, « on a ressenti la difficulté de venir renforcer nos collègues », déplore ­Michaël ­Bruneau. S’il a pu envoyer des volontaires partout où on le lui demandait, cela pourrait ne plus être le cas, d’autant plus si les incendies se déploient davantage dans le Nord et l’Ouest.

Le département participe à hauteur de 13,2 millions au budget du Sdis et prévoit d’augmenter sa contribution dans les années à venir, de 2 à 3 %. Que ce soit pour aider au financement de la revalorisation du point d’indice ou pour desserrer un peu le budget. De nouveaux matériels pourraient être nécessaires et la formation doit être renforcée.

Un autre point important qui ne dépend pas du Sdis : la disponibilité des volontaires, représentant une large part des pompiers mobilisables si leurs employeurs sont prêts à les libérer. A Aubigny-sur-Nère, près d’une centaine de pompiers étaient mobilisés. Anne Cassier se rassure : « On a eu de la chance que ce soit un samedi ! »

« Dans l’Ouest, il pourra y avoir des années extrêmes »

François Pimont, ingénieur de recherche à l’Inrae

« Le travail d’anticipation des feux de forêt peut se faire à deux niveaux. Au niveau national, nous travaillons avec des indices climatiques, complexes à traduire en nombre de feux. Dans le Sud-Est de la France, nous avons des observations passées précises, ce qui nous permet d’établir des liens entre les indices et les feux.

Nous anticipons une augmentation des indices de danger dans la partie Ouest de la France : il pourra y avoir des années extrêmes avec des événements importants, comme cet été, mais la tendance moyenne est difficile à prévoir. Dans le Sud-Est, on va assister à une intensification dans les zones déjà à risque et une expansion dans de nouveaux territoires, notamment en zone montagneuse, avec des doublements, voire des triplements d’activité de feux. »

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Comment accompagner les ménages vers la rénovation énergétique de leur logement sur votre territoire ?

de SOLIHA

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Incendie : la Sologne se prépare au pire

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement