Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club finances

Tourisme

Les grandes régions touristiques retrouvent leur trône

Publié le 13/09/2022 • Par Pascale Tessier • dans : A la une, A la Une finances, Actualité Club finances, France

The Eiffel tower
Fotolia
L'été 2022 est jugé exceptionnel par tous les acteurs du tourisme. Mais si l'été post-covid avait profité aux territoires ruraux, les grandes régions touristiques rattrapent peu à peu leur retard par rapport à 2019. Explications

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

La saison estivale a retrouvé ses couleurs, les lieux phares du tourisme français aussi. L’été, que les acteurs du tourisme redoutaient morose, impacté par l’inflation, la hausse du carburant, les perturbations aériennes, les incendies, les épisodes successifs de canicule, ou encore l’envolée des tarifs des prestations hôtelières et des locations, a finalement été qualifié « d’exceptionnel » par Olivia Grégoire, ministre déléguée en charge du Tourisme. Selon le bilan ministériel, les taux de fréquentation sont globalement revenus au niveau de 2019 qui était « déjà une année record ». Non seulement, 35 millions de Français -soient 7 adultes sur 10, contre 6 sur 10 en 2021- sont partis en vacances, mais les étrangers (25 millions et 31 % des nuitées) sont également revenus fouler le sol de l’Hexagone en juillet et août, même si l’absence des Japonais (-75 %) se fait toujours sentir. Avec « 65 à 70 millions de visiteurs étrangers sur l’année », la France peut espérer conserver son leadership, estime Atout France, l’agence chargée de la promotion du tourisme. Toutefois, près de 40 % des Français ne sont pas partis en vacances ou en week-end -peut-être juste dans un parc d’attraction, considéré comme leur sortie estivale -, ce qui incite la ministre à vouloir « développer le tourisme social. »

L’Ile-de-France et le Sud en force

Tous les acteurs et les régions semblent avoir profité de cette embellie « et ce n’est pas fini », souligne la ministre : les hôtels ont enregistré +22,2 % de recette moyenne par chambre, cet été, sur l’ensemble des régions, et plus particulièrement en Ile-de-France et dans la région Sud Provence Alpes Côte d’Azur, avec une hausse supérieure à 30 % dans cette dernière. Un bond que l’on peut attribuer au retour des touristes des États-Unis, du Canada et du Golfe, à fort pouvoir d’achat, et friands des hôtels 4 et 5 étoiles et prestations de luxe.

Mais le retour en force des majors du tourisme français ne s’est pas fait au détriment des régions plus rurales, grandes gagnantes des deux saisons 2020 et 2021 en pleine crise covid ou juste à sa sortie.

Le taux d’occupation a été de 80 % en France métropolitaine, avec une fréquentation accrue -par rapport à 2019- en Centre-Val de Loire, Bourgogne-Franche-Comté et Auvergne-Rhône-Alpes. Les régions Sud -y compris la Corse- et Normandie ont retrouvé leur niveau de 2019, alors que la région Grand Est l’a dépassé. Le littoral reste l’espace privilégié pour 37 % des vacanciers avec une préférence pour le Sud, mais Normandie, Bretagne et la côté atlantique ont fortement séduit les touristes. 32 % se sont portés sur la campagne avec +4 % en Bourgogne Franche Comté, et 80 % de clientèle française en Auvergne Rhône Alpes.

9 vacanciers sur 10 sont restés en France

« Nous sommes en train de vivre une année historique au vu des records observés », s’enthousiasme François de Canson, président de ADN Tourisme et du comité régional de tourisme Provence Alpes Côte d’Azur. « Si tout va bien, ce sera encore meilleur qu’en 2019 », prévoit-il, après « un printemps excellent, un très bel été, des réservations de + 10 pts en septembre, tous secteurs confondus, par rapport à 2021 qui avait été une très bonne saison. » L’arrière-saison est toujours marquée par de courts séjours des touristes français.

Pour lui, le désir de vacances des Français a dépassé l’envolée des prix et le coût du carburant, et même si les budgets ont été plus serrés cet été (-8 %), ils ont « en moyenne dépensé 1600€ pour 4 personnes pour 1 semaine. » 9 vacanciers sur 10 sont restés sur territoire national et le tourisme de proximité « a pris de l’ampleur » avec, par exemple, des Franciliens ayant choisi de séjourner en Normandie ou en Bretagne. La location entre particuliers figure « dans le top 3 des hébergements marchands », mais les professionnels ont relevé une sérieuse augmentation des prix à la semaine, ce qui constitue une problématique.

En région Paca, l’hôtellerie a retrouvé son taux de 2019 « malgré des hausses de prix qui ont pu aller jusqu’à 35 % », confie François de Canson. À noter qu’alors que le covid avait modifié les habitudes avec des décisions de dernière minute, cette année, 80 à 85 % des réservations ont permis d’avoir dès le mois de mai une vision assez précise de juillet et août. Par conséquence, la région Sud « ne fait plus de promotion sur juillet et août » et s’attache maintenant « à développer le tourisme sur les 10 autres mois. »

L’Ile-de-France rattrape peu à peu son retard

Mais même si l’activité touristique estivale a été « très dynamique » vue par le conseil régional, Paris et l’Ile-de-France n’ont pas encore retrouvé leur niveau de 2019, au regard du premier semestre 2022. 18,2 millions de touristes (+218% par rapport au 1er semestre 2021 mais -23% par rapport au 1er semestre 2019) ont été accueillis, dont 10,8 millions de touristes français (-18% par rapport à 2019) et 7,4 millions de touristes internationaux (-29% par rapport à 2019). Toutefois, de mois en mois, l’écart entre 2019 et 2022 semble s’amenuiser.

Pour exemple, entre janvier et juin, le nombre d’arrivées hôtelières est passé de -42% à -11% par rapport à la même période en 2019, soit un écart de -19%. L’été a poursuivi cette dynamique et les perspectives sont  jugées « très encourageantes » pour les mois de septembre à novembre , sur le segment de l’hôtellerie comme sur celui de l’aérien. Les réservations hôtelières enregistrées pour cette période « sont supérieures de 180% à celles des mois comparables de l’an dernier et concernent en particulier les clientèles américaine, britannique, allemande, italienne et espagnole, sans oublier le retour de certaines clientèles lointaines comme les Brésiliens, les Canadiens, les Australiens ou les Moyen-Orientaux », constate le conseil régional, dont la présidente, Valérie Pécresse assure que « 2022 sera l’année de la renaissance du tourisme en Île-de-France. »

Travailler sur la cohabitation habitants-touristes

L’observation de ces données encourage l’association Régions de France à poursuivre le travail qui permettra de proposer « une nouvelle offre touristique, plus respectueuse de l’environnement, renouvelée et une filière professionnelle qui soit en mesure de recruter. » Car cette difficulté, déjà cruciale cet été -même si Paca est parvenu à réduire de 45000 à 3000 le nombre d’offres vacances au début de l’été- préoccupe déjà les acteurs de la filière, pour la poursuite de l’arrière-saison et l’hiver. La réflexion menée sur le tourisme entend aussi se pencher sur l’impact du tourisme auprès des habitants. Pour François de Canson, « il faut être très clairs » en matière d’hospitalité et trouver un bon équilibre afin que les habitants cessent de se dire importunés par les touristes. « Il y a toute une philosophie à reconstruire. »

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Comment accompagner les ménages vers la rénovation énergétique de leur logement sur votre territoire ?

de SOLIHA

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur le Club finances

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Les grandes régions touristiques retrouvent leur trône

Votre e-mail ne sera pas publié

Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement