Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Aménagement urbain

La métropole de Lyon fait la chasse à l’affichage publicitaire

Publié le 26/07/2022 • Par Françoise Sigot • dans : Actu ingénierie publique, Actu juridique, actus experts technique, Régions

Julia Z. - projets-architecte-urbanisme.fr
Julia Z. - projets-architecte-urbanisme
Le nouveau règlement de publicité lyonnais prévu pour le printemps prochain devrait être l’un des plus contraignants de France.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

 

Une Arlésienne. Lancé en 2017 par la précédente majorité, le règlement local de publicité (RLP) de la métropole de Lyon (59 communes, 1,41 million hab.) piétine au gré d’allers-retours avec les mairies. Sans compter les consultations avec les acteurs économiques et institutionnels. Pendant que l’opposition s’impatiente, le président de la métropole assume. « Ce RLP n’a pas pu être finalisé avant les échéances électorales. Il est normal de réinterroger les exécutifs car la plupart ont changé depuis les dernières élections », explique Bruno Bernard (EELV).

Ce texte est le « fruit de l’intelligence collective », selon ­Philippe Guelpa-Bonaro, vice-président (EELV) délégué au climat, à l’énergie et à la réduction de la publicité, qui sera soumis à enquête publique à la rentrée. Sur les 59 communes du Grand Lyon, 49 ont approuvé le projet et 10 y sont défavorables. « Cela représente moins de 20 % de la population métropolitaine », souligne ­Philippe ­Guelpa-Bonaro. La collectivité promet de prendre en compte les remarques des ­récalcitrants dans le cadre de l’enquête.

Interdictions en série

En attendant, la consultation publique s’ouvre sur un texte sensiblement identique à celui présenté par le précédent exécutif. Il prévoit l’interdiction des écrans numériques et des bâches de chantier, l’extinction des publicités de minuit à 6 heures et la réduction du nombre de panneaux publicitaires et de leur taille à 4 mètres carrés au maximum.

L’interdiction des publicités lumineuses en toiture est également de mise ainsi qu’une protection très forte autour de plus de 95 % des établissements scolaires de la maternelle au lycée. L’objectif poursuivi étant de diminuer la pollution lumineuse et, par ­ricochet, les consommations d’énergie, mais aussi d’aller vers moins d’incitation à surconsommer dès le plus jeune âge. Les dosages précis de ces différentes mesures restent à préciser.

Période de latence

Si ce temps d’enquête promet de laisser encore la place à des évolutions, il ouvre surtout une période d’incertitude pour 48 communes. Le gouvernement n’ayant pas étendu le délai de caducité des RLP communaux, le règlement national de publicité s’applique dans ces villes depuis juillet. « Un texte bien plus souple que la plupart des RLP communaux et moins adapté aux particularités de notre territoire », regrette le vice-président, qui souligne l’urgence d’adopter un RLP métropolitain. Il pointe le risque de voir fleurir des panneaux numériques de plus de 10 mètres carrés aux portes de la ville-centre. Mais aussi, à l’inverse, celui de devoir démonter les Abris bus Decaux situés aux abords des sites classés. « Un risque énorme pour le contrat de la métropole avec l’exploitant des Vélo’v », fait-il valoir.

La majorité des deux tiers des élus était nécessaire pour ­lancer l’enquête publique, 79,9 % de l’assemblée métropolitaine a donné un blanc-seing à ­l’exécutif pour poursuivre l’élaboration du RLP. Reste à confirmer ce vote en mars avec le texte définitif.

Exit les panneaux numériques du réseau de transport

Dans la foulée du vote de l’ouverture de l’enquête publique sur le règlement local de publicité de la métropole de Lyon, le président ­Bruno ­Bernard (EELV), également président de Sytral Mobilités, autorité organisatrice de transports de la métropole de Lyon et du département du Rhône, a annoncé la fin des écrans numériques sur le réseau des transports en commun. « Energivores, agressifs, ces écrans sont mal vécus par nos habitants qui veulent un cadre de vie plus apaisé », estime-t-il. La fin des 118 panneaux sur l’ensemble du réseau est prévue pour le 31 mars 2024, à l’échéance du contrat avec Clear Channel. Sytral Mobilités indique que, à ce stade, elle n’a pas encore évalué avec précision les conséquences financières de cette décision.

Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

La métropole de Lyon fait la chasse à l’affichage publicitaire

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement