Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Développement local

Tous en vacances grâce au tourisme social et solidaire !

Publié le 26/07/2022 • Par Rouja Lazarova • dans : Actu expert santé social, France, Innovations et Territoires

la turmeliere animation au chateau
Association la Turmelière
Le tourisme social et solidaire vient répondre aux enjeux laissés de côté par le tourisme de masse : accessible aux plus modestes, respectueux de l’environnement et des territoires. Il permet aux ménages les plus pauvres de partir en vacances, privilégie les circuits courts pour soutenir l’économie locale et valorise le patrimoine. Les collectivités soutiennent les structures à travers des subventions, des appels à projets ou des partenariats.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

« Le tourisme social et solidaire repose sur trois piliers. D’abord, il respecte le droit aux vacances pour tous grâce à une tarification accessible. Ensuite, il satisfait une démarche de développement durable et de préservation de l’environnement. Enfin, il s’inscrit dans un fort ancrage territorial », affirme Simon Thirot, délégué général de l’Unat. Issue du mouvement de l’éducation populaire, l’Unat a fêté ses cent ans en 2020. Si ses préoccupations initiales étaient tournées vers l’objectif des vacances pour tous, elle a intégré les enjeux du monde moderne, le développement durable, la préservation de l’environnement.

Hébergement de qualité

En 2006, l’Unat est membre fondateur de l’Ates, qui regroupe plus de 30 producteurs de voyage. Le label de l’Ates, créé en 2014, avec un autre label, « ATR », est au départ dédié aux voyages à l’étranger, mais se tourne progressivement vers les séjours en France, un virage accéléré par la crise du Covid-19.

A Laval (49 700 hab., Mayenne), l’auberge de jeunesse le Cref, dédiée au tourisme sportif, propose aux usagers un hébergement de qualité et abordable. En outre, sur ses 40 chambres (112 lits), treize sont adaptées aux personnes handicapées. Situé dans un bâtiment mis à disposition par la communauté d’agglomération (34 communes, 113 900 hab.), il a noué un fort partenariat avec l’interco.

« Dans le cadre de nos relations partenariales, nous souhaitons valoriser le Cref et ses capacités toute l’année. L’idée est d’y loger les équipes participant à des compétitions sportives sur notre territoire. Il propose une offre de qualité à un coût bien moindre que les autres hôteliers », assure Céline Loiseau, vice-présidente de l’agglo, chargée du sport.

Ses missions peuvent évoluer. Ainsi, lors de la crise sanitaire, il a été transformé, avec l’aide de l’agence régionale de santé, en centre d’hébergement pour les sans domicile. Une convention avec le conseil départemental lui a permis de mettre à l’abri une dizaine de mineurs non accompagnés. Il a ainsi confirmé sa vocation sociale et solidaire.

Circuits courts

Les structures du tourisme responsable revendiquent un fort ancrage territorial. « L’idée est de coconstruire l’offre avec les partenaires locaux pour vérifier que les séjours sont en phase avec la réalité du territoire, les souhaits des habitants, des paysans, des artisans, de l’ensemble des acteurs locaux », explique ­Coralie Marti, directrice de l’Ates.

C’est dans cet esprit que l’Unat de ­Paca, qui compte 50 adhérents et plus de 200 établissements, a créé son offre Ma classe dans le Sud. « Nous avons consolidé les circuits courts avec les producteurs locaux pour une alimentation de qualité et de proximité. Nos prestataires sont issus du territoire. Cela fait vivre l’économie locale », confie Aude Le Carbonnier, chargée de ­mission à l’Unat Paca.

Autre atout de l’offre : l’accueil des enfants tout au long de l’année. « C’est précieux dans les territoires ruraux. C’est pourquoi le maire de Saint-Léger-les-Mélèzes [345 hab., Hautes-Alpes] s’est battu pour sauvegarder notre structure », témoigne Aude Le ­Carbonnier. « L’éducation à l’environnement des enfants et des adultes fait partie des axes forts du tourisme social et solidaire », affirme Julien Buot, directeur de l’association et du label ATR.

L’une des structures labellisées, L’Arbre à voyages, proposant à l’origine des séjours d’aventure à l’étranger, s’est progressivement tournée vers la France : Corse, Vercors, Pyrénées… « Nous sensibilisons nos clients aux enjeux environnementaux de chaque territoire. Par exemple, nous les informons sur la nécessité de maîtriser sa consommation d’eau en Corse », illustre Christian Soubra, directeur de L’Arbre à voyages.

Respect des espèces protégées

Autre exemple, la découverte des phoques en baie de Somme. Il est conseillé de les approcher en kayac, sans moteur, en respectant une distance. « Nous formons nos accompagnateurs au respect des espèces protégées et contrôlons leur activité. En contrepartie, nous les rémunérons à la hauteur de leurs compétences », poursuit le directeur. L’éducation à l’environnement est aussi un axe fort du projet de la Turmelière (lire ci-dessous).

L’association fait partie du réseau Group’AVélo, constitué par l’Unat Pays de la Loire, réunissant 25 hébergeurs. Soutenue par la région dans son fonctionnement, l’Unat a pu créer ce réseau grâce aux appels à projets du département de la Loire-Atlantique.

­Elodie Dubourg, chargée de mission à l’Unat Pays de la Loire, affirme : « Notre objectif est de développer le “slow tourisme”, qui prend le temps de la découverte, de la rencontre, du partage avec les populations locales. »

La ville soutient le château qui, en échange, offre des places aux enfants

Situé à Orée-d’Anjou, le château de la Turmelière, avec son magnifique domaine, qui a vu naître le poète Joachim du ­Bellay au XVIe siècle, est géré par l’association du même nom. Centre ­d’hébergement pour enfants et adultes disposant de 150 lits, dont 75 au ­château, il propose des activités sportives dans la nature ainsi que des ateliers d’écriture et des rencontres avec des écrivains qui viennent en résidence tous les deux ans, en lien avec le festival littéraire ­Festi’malles.

L’alimentation, assurée grâce aux circuits courts, fait aussi partie du projet pédagogique. Situé sur le parcours du réseau Goup’AVélo, il organise des ateliers d’apprentissage du vélo pour les jeunes.« Nous sommes une commune nouvelle qui ne dispose pas de beaucoup de moyens. Nous nous appuyons beaucoup sur l’action des associations dont fait partie la Turmelière. C’est un lieu ressources pour nous », explique Hugues Rollin, adjoint chargé de la culture.

La commune finance les actions culturelles à hauteur de 10 000 euros tous les deux ans. En outre, les agents municipaux entretiennent le parc en pratiquant des fauches tardives afin de préserver la biodiversité. En échange, l’association propose aux enfants du territoire des places gratuites ou à moindre coût pour ses événements. « La Turmelière participe de notre envie de fixer les touristes sur notre commune, sans pour autant faire du tourisme de masse dont nous ne voulons pas. Elle contribue à notre rayonnement », résume l’élu.

Contact : Valérie Fournier, chargée de mission « développement durable et projets transversaux », 02.40.83.50.13.

Cet article est en relation avec le dossier

Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Tous en vacances grâce au tourisme social et solidaire !

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement