Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club finances

[Opinion] Péréquation

« Où es-tu passé mon FPIC de cette année ? »

Publié le 15/07/2022 • Par Auteur associé • dans : A la Une finances, Actualité Club finances, Billets finances, France, Opinions

argent disparition finance 2
Adobe stock
Ce vendredi, le Club Finances vous propose une tribune de Pierre-Matthieu Terrien, directeur des finances mutualisé de la ville de Romans, de sa communauté d’agglomération et de la ville de Valence qui alerte sur le retard de l’Etat sur la notification du fonds national de péréquation des ressources intercommunales et communales (FPIC) alors que pour certains territoires il y a des délibérations à prendre.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Pierre-Matthieu Terrien

Pierre-Matthieu Terrien

Directeur des finances mutualisé de la ville de Romans, communauté d’agglomération et ville de Valence

Une brève de l’AMF l’annonçait vers le 10 juin. Puis rien. Dans quel désert errons-nous depuis !

Cette année, les records de chaleur sous les crânes des directeurs financiers ont été enregistrés lorsque – fébriles – ils consultent les données de collectivites-locales.gouv.fr. L’attente est longue et le désespoir va crescendo. Bien sûr, on peut toujours croire en une certaine stabilité des attributions et contributions. C’est mal connaître l’animal. Les followers du fonds de péréquation savent depuis plusieurs années que l’instabilité individuelle des indicateurs de l’année précédente pousse à des changements de situation. Les écarts à la moyenne produisent des effets importants car ils jouent sur « quelques euros par habitant » mais qui sont vite significatifs pour les budgets des communes et communautés.

Une incertitude contagieuse

Certes, les territoires ne connaissent pas leur situation. Parmi eux, plus d’un territoire sur quatre utilisait des répartitions alternatives au droit commun. En effet, le rapport sénatorial Guéné – Raynal publié en 2021 soulignait que 73 % se contentaient du droit commun pour répartir le prélèvement et 69 % l’attribution. Les autres utilisent des outils ad hoc qui reposent bien souvent sur les indicateurs servant à répartir les dotations de l’Etat… indicateurs qui ne sont toujours pas publiés non plus sur la plateforme de la DGCL.

Ces délais étonnants qui repoussent maintenant les notifications après la fête nationale ont des conséquences significatives en termes de calendrier. Les intercommunalités ont deux mois pour présenter une méthode alternative de répartition libre du FPIC. Si cette décision n’est pas obtenue à l’unanimité, les communes ont également deux mois pour l’approuver. Il était d’usage une notification en juin qui permettait d’attraper le train des conseils communautaires d’avant congés et – le cas échéant – laissaient aux communes la rentrée pour délibérer. Dans le schéma de cette année, tout se décale à la rentrée… et si les conseils communautaires n’obtiennent pas l’unanimité, cela donne une répartition définitivement approuvée en novembre !

Parmi les bénéficiaires, les collectivités prudentes qui refusent de fonder leurs budgets sur l’incertitude de ce produit de péréquation auront le droit de le constater en décision modificative de fin d’année. Ce constat est d’autant plus malheureux que l’excellent rapport cité précédemment préconisait d’accentuer les répartitions dérogatoires soulignant que peu de territoire innovaient en la matière. Pour aller au bout de l’exemple, il citait Valenciennes Métropole qui prenait en compte le niveau des dépenses de fonctionnement pour faire une répartition plus juste de la péréquation en fonction des besoins de chacun. Quel sens donner à cette mesure avec une attribution qui intervient dans le dernier trimestre ?

Thèmes abordés

Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur le Club finances

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

« Où es-tu passé mon FPIC de cette année ? »

Votre e-mail ne sera pas publié

Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement