Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Transports ferroviaires

Menace sur le réseau ferré du fait d’un sous-investissement

Publié le 12/07/2022 • Par Nathalie Arensonas • dans : A la une, actus experts technique, France

Train aux abords de la gare de Lyon-Perrache
Train aux abords de la gare de Lyon-Perrache Adobe Stock / www.sandervanderwerf.nl
Le train, l’une des pierres angulaires de la « radicalité écologique » que la Première ministre, Elisabeth Borne, a défendu le 6 juillet 2022 dans son discours de politique générale, est soumis au diktat de Bercy qui impose une politique ferroviaire malthusienne. Le nouveau contrat de performance signé par l’Etat avec SNCF Réseau conduit inéluctablement à l’abandon d’une partie du réseau.

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

Un contrat de dix ans sur les investissements a été discrètement signé par l’Etat avec SNCF Réseau le 6 avril dernier, entre les deux tours de l’élection présidentielle. Verrouillé par Bercy, il impose un régime de choc au gestionnaire du réseau ferré, alors que l’écologie sera « le combat du siècle », promet Emmanuel Macron.

De son côté, dans son discours de politique générale, le 6 juillet, devant la nouvelle Assemblée, la Première ministre, Elisabeth Borne, a défendu sa « radicalité écologique », et promis que « le ferroviaire restera la colonne vertébrale d’une mobilité propre », et que le gouvernement « continuera les investissements de ces dernières années, pour les transports du quotidien, pour les petites lignes ».

Pourtant, le tout nouveau contrat dit « de performance » somme ...

[80% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes, Club Techni.Cités

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Découvrez nos formules et accédez aux articles en illimité

Je m’abonne

Thèmes abordés

Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Menace sur le réseau ferré du fait d’un sous-investissement

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement