[Série de l'été] Economie circulaire

De la zone de gratuité à l’Atelier tiers lieux

| Mis à jour le 18/07/2022
Par • Club : Club Techni.Cités

J.C. Chaudron – Cyclad

À Surgères, le syndicat mixte Cyclad mène une démarche novatrice en matière d’économie circulaire depuis dix ans. Après les CyclaB’box, zones de gratuité permanente, il s’apprête à ouvrir un bâtiment qui accueillera plusieurs fablabs, l’Atelier.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Face à une surconsommation générale et des besoins toujours plus forts en énergie, de nombreuses voix s’élèvent pour appeler à la sobriété. Maître-mot des défenseurs de l’environnement depuis quelques années, il infuse aussi dans les territoires et les services techniques, comme on a pu le constater lors des dernières Assises de la transition énergétique. Comment réduire le superflu et optimiser les ressources disponibles ? C’est ce que nous allons voir cet été via une websérie pour montrer comment la sobriété s’applique aussi dans la gestion des déchets, des services d’eau et d’assainissement, dans l’énergie et dans la mobilité. Le thème de cette semaine est les déchets.

Pionnier en matière de don et de réemploi, le syndicat mixte Cyclad à Surgères, en Charente-Maritime, a lancé l’une des premières zones de gratuité, il y a dix ans déjà. « L’objectif était d’interpeller les habitants sur le potentiel du réemploi et de faire travailler ensemble les boutiques solidaires », se rappelle Gaëlle Merle, responsable prévention du syndicat.

La journée « Donnez-prenez », qui avait lieu dans un gymnase, a rencontré tout de suite un franc succès : 2 500 personnes dès la première année, 4 800 en 2013. Labellisé « Territoire zéro déchet, zéro gaspillage » en 2014, le syndicat a stoppé cet événement en 2018, car il s’agissait avant tout de donner une impulsion. Le relais a été pris par de nouvelles associations spécifiquement dédiées au zéro déchet. Cyclad arrive juste en soutien (logistique, prêt de matériel, communication, etc.).

« Le but était de faire connaître le concept pour que chacun se l’approprie et organise des zones de gratuité dans les écoles, les entreprises, etc. », explique la responsable. Et ce type d’événements est désormais beaucoup plus fréquent. Le premier site internet créé pour la rencontre annuelle a évolué vers une page Facebook « Zone de gratuité en Charente-Maritime », administrée par Cyclad, qui communique des informations sur les événements des associations partenaires sur tout le territoire.

Laboratoire d’innovation et trophées

Un pas de plus a été franchi en 2017 avec la création du CyclaB, « premier laboratoire d’innovation en économie circulaire porté par une collectivité », revendique le syndicat. « Il s’agit d’aller encore plus loin que le recyclage et le réemploi en regardant les déchets comme source de richesse et d’activités économiques sur le territoire », explique Gaëlle Merle. L’idée est de mettre en lien les partenaires pour créer des boucles vertueuses d’économie circulaire, notamment en fabriquant des objets à partir de matériaux détournés. Par exemple, l’office de tourisme arrête de commander des goodies et les fait faire localement par un chantier d’insertion avec du bois récupéré en déchetterie. Ce projet fait partie du programme Cyclad 2026, piloté avec l’Ademe par le biais de la labellisation économie circulaire.

Le Fablab, qu’est-ce que c’est ?

Fablab est contraction de l’expression anglaise « Fabrication laboratory ». Atelier ouvert au public, équipé d’outils de fabrication standards et numériques (découpe du bois et du métal, imprimante 3D, four, etc.), permettant à chacun, seul ou en groupe, de concevoir et réaliser des objets.

Pour faire émerger des porteurs de projets, le syndicat a créé les « Trophées Cyclab », dont la première édition a eu lieu en 2019. Des dizaines de produits et services écoconçus, zéro déchet et anti-gaspi, ont émergé sur le territoire. Huit lauréats, dont un coup de cœur, ont été récompensés sur sept thématiques : zéro déchet, textile, upcycling, gaspillage alimentaire, tiers lieu, économie sociale et solidaire, matière. Ces projets disposent du soutien financier d’un parrain (entreprise privée), de l’appui logistique de Cyclad et d’un réseau d’experts (conseils à la création d’entreprises, formation, réglementation, etc.). Après une année blanche pour cause de Covid, les trophées sont relancés sur 2021.

Parmi les lauréats, « Cyclab a par exemple accompagné une étudiante qui, à la suite de son étude sur le sujet, a souhaité monter une entreprise qui fabrique des crackers à partir de drêche, ces résidus du brassage de la bière », concrétise Gaëlle Merle. « C’est vraiment notre objectif : donner les moyens de créer une activité liée à l’économie circulaire ».

CyclaB’box, zones de gratuité à coût maîtrisé

C’est aussi dans ce laboratoire Cyclab, animé par deux chargés de mission, qu’a germé l’idée de la CyclaB’box en 2018. L’objectif est de développer l’économie circulaire et le réemploi, à coût maîtrisé. Le syndicat a décidé d’acheter huit conteneurs d’occasion (superficie de 15 m2 chacun pour 8 000 euros pièce), les relooke pour être bien visibles et les dispose au centre de huit de ses déchetteries.

« Ce sont des espaces de gratuité permanents réservés aux usagers des déchetteries. Ils ne rentrent pas en concurrence avec les recycleries et boutiques solidaires, car ils valorisent uniquement les objets jetés en déchetterie. Ces espaces anti-gaspi permettent aussi d’éviter que les usagers chinent dans les bennes, ce qui est interdit pour des raisons de sécurité », précise la responsable. Les agents de la déchetterie spécifiquement formés sont devenus des agents « valoristes ». Ils sélectionnent les objets en bon état, qui pourront être mis dans la box. Les vêtements, qui représentent une source trop importante, ne sont pas retenus, d’autant plus qu’il existe déjà une filière spécifique, bien organisée, grâce à « Le Relais », Emmaüs, etc.

Un « kit à manger »

Pour ne pas être débordé par certains flux, Cyclad a eu une autre idée. Pour détourner la vaisselle, qui représente une source importante de déchets, elle a créé le « kit à manger ». « Nous prêtons aux associations de la vaisselle pour leurs événements : assiettes, couverts, verres. Cela permet aussi d’éviter d’utiliser de la vaisselle jetable en plastique », souligne Gaëlle Merle.

Les huit CyclaB’box fonctionnent très bien, le turn-over est très efficace. Vu le potentiel, le syndicat a souhaité développer le concept pour pouvoir accueillir plus d’objets, mais toujours à coûts maîtrisés. En 2019, le CyclaB imagine une version 2. Le conteneur s’ouvre désormais sur un espace beaucoup plus grand (128 m2), abrité par des bâches. Le tout pour un budget total de 50 000 euros. « Cette solution peu coûteuse est facilement reproductible », affirme Gaëlle Merle. Depuis janvier 2021, la déchetterie de Surgères accueille la nouvelle CyclaB’box. Tout le mobilier a été fabriqué sur mesure en interne par le service maintenance et travaux. Les objets sont rangés par thématique et peuvent être proposés selon les saisons.

En charge de la compétence économie circulaire et écologie industrielle depuis 2019, et retenu par l’État parmi les quinze « Territoires d’innovation en économie circulaire » en 2020, Cyclad veut aller encore plus loin en 2021. En septembre prochain, il va inaugurer un tiers lieu, dédié à l’économie circulaire, au zéro déchet et aux changements de comportement : l’Atelier Cyclab.

« L’idée est de démultiplier les énergies en rassemblant des profils différents au sein de cet atelier pour faire émerger des projets d’économie circulaire, expérimenter pour créer de nouvelles possibilités de valorisation des matières », explique Étienne Vitré, directeur de Cyclad. L’Atelier CyclaB veut être une réponse aux enjeux définis par la loi anti-gaspillage, déclinés au niveau régional dans le programme Néo Terra. Un lieu vivant, d’échanges, de créativité (prototype), ouvert à tous avec des ateliers et des événements zéro déchet organisés par les acteurs locaux.

L’Atelier Cyclab, un tiers lieu pour l’économie circulaire

Pour concrétiser ses projets, le syndicat va ouvrir un bâtiment de 1 400 mètres carrés, « L’Atelier Cyclab ». D’abord destiné à l’accueil des porteurs de projets, et aussi des étudiants en stage, il sera également ouvert aux professionnels et à tous les citoyens désireux d’entreprendre et d’apprendre. Il comprendra trois ateliers de 300 mètres carrés chacun : un espace pour travailler le bois (scie à ruban, toupie, etc.), un fablab technologique autour de l’électronique et du plastique, qui disposera d’une imprimante 3D et d’un graveur laser et une cuisine (foodlab) pour transformer les produits agroalimentaires. Le site accueillera également un espace de coworking, ainsi qu’une salle de conférences et une matériauthèque de 200 mètres carrés chacun. Elle rassemblera divers matériaux classés par famille : bois, textile, métaux, carton, invendus alimentaires, équipements électriques et électroniques, etc. Le budget du bâtiment est de 1,1 million d’euros, auquel s’ajoute 300 000 euros de machines.

Commentaires

0  |  réagir

Ajouter un commentaire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - Antony Parc 2, 10 place du Général de Gaulle, La Croix de Berny – BP 20156, 92 186 Antony Cedex ou en cliquant ici.

L'actu Technique

Offre découverte 30 jours gratuits !

Formations

Evènements

services

Thèmes abordés

menu menu

Club Techni.Cités : l'information pour les techniciens de la FP