Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club RH

Conditions de travail

Le travail par forte chaleur, oui, mais avec des précautions

Publié le 12/07/2022 • Par Maud Parnaudeau • dans : A la une, actus experts technique, France, Toute l'actu RH

Fox_Dsign - stock.adobe.com
Les risques qui pèsent sur les agents à cause des fortes chaleurs à répétition obligent les collectivités à organiser leur travail en conséquence.

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

La vague de chaleur qui a touché la ­France mi-juin a été exceptionnelle par sa précocité et son intensité. Pour la première fois dans l’histoire des relevés météo­rologiques, la température de certaines villes a dépassé les 40 °C, en particulier dans le Sud-Ouest, à ­Biarritz (42,9 °C) ou à ­Rochefort (40,6 °C).

Si un tel épisode de ­canicule est encore rare, il ne le restera probablement pas : mieux vaut donc s’y préparer. « Il faut établir une charte, un protocole ou une note interne et recommuniquer chaque année sur les mesures prévues », indique ­Vanessa ­Schmit, chargée de prévention et de ressources humaines au CIG de la petite couronne d’Ile-de-­France (350 collectivités, 150 000 agents suivis). Ces mesures relèvent de l’obligation générale de l’employeur de préserver la santé des agents, mais la réglementation ne définit pas « le travail à la chaleur ».

« Le mieux est de suivre les recommandations de l’Institut national de recherche et de ­sécurité et de ­considérer qu’au-delà de 30 °C pour une activité sédentaire et de 28 °C pour un travail nécessitant une activité physique, la ­chaleur peut ­constituer un risque », souligne ­Vanessa ­Schmit. Celui-ci étant plus important lorsque s’ajoute un facteur aggravant comme la ­difficulté de la tâche. Fatigue, sueurs abondantes, nausées, maux de tête, vertiges, crampes… ces symptômes peuvent être le signe d’une déshydratation ou d’un coup de chaleur, avec des ­conséquences potentiellement graves sur la santé.

Veiller à l’accès à l’eau

La prévention la plus efficace ­consiste à éviter, ou au moins à limiter, l’exposition à la chaleur. Il est possible d’agir sur l’­organisation du travail en ­prévoyant que les tâches extérieures et pénibles soient réalisées en dehors des heures les plus chaudes et interdites en plein soleil, en modifiant les horaires d’exercice, en augmentant la fréquence des pauses, entre autres, et en veillant à l’aménagement et à l’équipement des locaux, avec climatisation, de ventilateurs…

« Pour les services techniques mobiles, l’idéal est qu’ils disposent de ­véhicules climatisés. Il faut aussi réfléchir à l’eau avec la distribution de bouteilles ou de gourdes. Mais dans ce second cas, il faut que les agents puissent avoir accès à un point d’eau, ce qui peut nécessiter une réflexion sur les fontaines à eau, par exemple », précise ­Vanessa ­Schmit. Il faut aussi pouvoir actionner le télétravail et donc avoir un protocole prévoyant des jours flottants ou exceptionnels et permettre aux agents travaillant dans des bureaux chauds d’en investir de plus frais in­occupés. Les modalités d’exercice sont ensuite à affiner par chaque manager.

Le changement d’horaires est une base. Après, les services s’organisent et s’adaptent en fonction de leur activité, explique Djibril Meite, chef du centre de prévention des risques professionnels de la métropole de ­Bordeaux.

Baisse de la vigilance

Certaines administrations autorisent leur personnel à venir en tenue légère. « Nous n’avons pas de règles vestimentaires spécifiques en cas de fortes chaleurs, mais il est vrai que les codes dans ce domaine sont très souples ici ! » rapporte ­Karine ­Viacroze-Perrin, DRH de la ville et de la communauté d’agglo ­Rochefort ­océan (lire ci-dessus).

Il est bon aussi de rappeler la nécessité d’organiser les équipes de manière que personne ne se retrouve seul, notamment parce que la chaleur augmente les risques d’accidents en provoquant une baisse de la vigilance et un allongement des temps de réaction. Si les mesures prévues par les collectivités semblent suffisantes pour adapter le travail à la chaleur, d’autres, plus structurelles, sont à envisager pour l’avenir, comme la rénovation thermique des bâtiments.

Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur le Club RH

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Le travail par forte chaleur, oui, mais avec des précautions

Votre e-mail ne sera pas publié

Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement