Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club Acteurs du sport

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club Acteurs du sport

Pratique sportive

Piscines : petit à petit, la Seine-Saint-Denis comble son retard

Publié le 13/07/2022 • Par David Picot • dans : A la Une acteurs du sport, Actu expert acteurs du sport, Régions

Piscine Pierrefite-sur-Seine
Piscine Pierrefite-sur-Seine Franck Rondot
Un ambitieux Plan piscines lancé en 2016, sur lequel est venu se greffer une ambition olympique en forme d’héritage, permet au Conseil départemental de Seine-Saint-Denis de combler petit à petit ses carences en matière d’équipements aquatiques. Etat des lieux.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

« Il est insupportable, pour ne pas dire honteux, que les inégalités d’accès aux activités aquatiques demeurent aussi criantes sur notre territoire », lance Stéphane Troussel, le président (PS) du Conseil départemental Seine-Saint-Denis. Illustration par quelques chiffres : 60m² de bassin de natation pour 100 000 habitants sur son territoire contre 160m² en moyenne en Ile-de-France… Et six enfants sur dix qui entrent en classe de sixième sans savoir-nager.

Au terme d’un Schéma de cohérence territoriale des équipements sportifs (Scotes), le Conseil départemental a donc lancé en 2016 un vaste Plan Piscines. Doté de 40M€, il a généré à ce jour un investissement total de 104,6M€, sommes qui ont permis « de financer la construction de trois nouvelles piscines. Et la réhabilitation lourde ou la rénovation de neuf autres, en lien avec les communes concernées », poursuit le président. Les trois nouvelles ? Le centre aquatique olympique L’Odyssée à Aulnay-sous-Bois (31,6M€) ouvert en juin 2021 et le centre aquatique Claire Supiot à Pierrefitte-sur-Seine (17M€), une ville de plus de 30 000 habitants, jusqu’ici dépourvue de piscine. Réalisé sous maîtrise d’ouvrage départementale, cet équipement a été inauguré en mai 2022. En attendant le centre aquatique olympique de Marville (30,5M€) à la Courneuve, livré en janvier 2024 et également construit par le Département.

Des bassins démontés puis réinstallés

Car ce plan piscine s’imbrique aussi dans le projet olympique de Paris 2024 et ses quelques héritages matériels dont le plus emblématique prendra la forme du Centre aquatique olympique (CAO). Situé à Saint-Denis, face au Stade France, il accueillera les épreuves de natation artistique, de plongeon et de water-polo. A l’issue des Jeux, deux bassins seront légués dans le cadre de ce CAO : un premier de 50 mètres, 10 lignes d’eau, et un second dédié au plongeon.

En plus des bassins d’entraînement utilisés pendant les Jeux (Aulnay-sous-Bois, Aubervilliers, Marville et Montreuil), l’héritage prévoit également le transfert de bassins provisoires installés notamment pour les compétitions de natation à l’Arena La Défense, vers des collectivités séquano-dionysiennes. Des bassins amovibles donc qui demain, pourraient gagner Sevran, Pierrefitte-sur-Seine et Bagnolet.

Un Plan 2…

Comme le souligne Aurélie Gautier, cheffe du service du Sport et des Loisirs au Conseil départemental, « une dynamique a été lancée à travers ce plan piscines. Ensuite, les Jeux constituent une vraie opportunité et vont nous aider à l’accélérer ». Malgré tout, un plan Piscines 2 serait déjà au programme et même à l’ordre du jour de l’assemblée de septembre. Et pour cause : la version 1 du plan « comble nos carences mais sans les rattraper totalement », conclut la technicienne. « A l’origine et par rapport à la population, le manque avait été évalué à 36 bassins ! A l’issue de ce premier plan, nous serions à 24. Nous avons donc rattrapé un tiers de la carence »…

Thèmes abordés

Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur le Club Acteurs du sport

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Piscines : petit à petit, la Seine-Saint-Denis comble son retard

Votre e-mail ne sera pas publié

Club Acteurs du sport

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement