Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club finances

Indicateurs

Les impôts locaux pèsent toujours plus dans le fonctionnement budgétaire communal

Publié le 20/07/2022 • Par Jérémy Fichaux • dans : Actualité Club finances

Capucine Dupuy
Elément indispensable pour le financement d'une commune, les impôt locaux prennent de plus en plus de poids dans l'enveloppe globale. Pour certaines communes, ils représentent près de 50% des revenus communaux. (1/3)

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

Depuis vingt ans, la part des impôts locaux dans le budget de fonctionnement des communes ne cesse d’augmenter. Nous avons analysé l’évolution de la part des impôts locaux en fonction de leur taille grâce aux données de la DGFIP, entre 2000 et 2020.

Pour rappel, ces impôts directs sont composés de la taxe d’habitation (jusqu’en 2023), de la taxe foncière sur les propriétés bâties, de la taxe foncière sur les propriétés non bâties, de la taxe sur les logements vacants, de la taxe sur la vente de terrains nus rendus constructibles ainsi que de la taxe pour l’enlèvement des ordures ménagères.

Capture d’écran 2022-07-12 à 15.36.35

Découvrez la datavisualisation en plein écran sur notre plateforme Open Data Gazette.

En 2020, les impôts locaux représentent en moyenne plus d’un tiers (35,29%) du budget de fonctionnement des communes de moins de 2 000 habitants, soit une hausse de 4,26 points par rapport aux années 2000.
Si ce phénomène d’accroissement est perceptible pour toutes les strates, il est d’autant plus important pour les grosses villes. En moyenne, ces impôts correspondent à la moitié (48,46%) des recettes pour les villes de plus de 100 000 habitants, tandis qu’ils équivalent à 45,98 % en moyenne pour les villes entre 5 000 et 99 999 habitants.

Ces impôts représentent une part non négligeable des produits pour les communes ; il faut donc prendre des précautions avec leur modulation au risque de déstabiliser leurs revenus. Des précautions qui ont peut-être manqué avec la suppression de la taxe d’habitation sur les résidences principales d’ici 2023 ; même si le gouvernement assure que la compensation sera au rendez-vous pour « compenser à l’euro près » les collectivités concernées.

Des indicateurs sur la finance

Grâce à votre abonnement, il est désormais possible de découvrir, comparer, analyser et partager des indicateurs comme le budget, la dette, les dotations ou plus globalement la fiscalité locale, à tout échelon de collectivité. Autant de thématiques mises à votre disposition sur l’encart « Indicateurs Finances » sur la droite de la page d’accueil du Club Finances, comme l’explique notre tutoriel.

Thèmes abordés

1 Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur le Club finances

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Les impôts locaux pèsent toujours plus dans le fonctionnement budgétaire communal

Votre e-mail ne sera pas publié

HERMES

21/07/2022 09h27

Très bien cet article. mais si les impôts locaux pèsent toujours plus dans le fonctionnement budgétaire communal, il ne faut jamais oublier que ces impôts sont des charges toujours plus importantes auprès des populations concernées.

Pour ma part, sans habiter une maison de luxe, mais avec une taxe foncière dont le taux frise les 80%, le montant payé l’année dernière est déjà d’un peu plus de 4.000 €.

Les conséquences de ces choix budgétaires ne sont pas bien entendu sans conséquences. Tout d’abord, à la retraite, je vais rencontrer pas mal de difficultés pour m’acquitter de cette obligation.
Bien sûr, certains vont me dire que je n’ai qu’à vendre mon bien… et ils ont raison. Sauf que sa valeur vénale est largement inférieure aux coûts de constructions étant donné que le prix marché des biens immobiliers de cette commune est largement inférieur à celui des communes limitrophes.

Ainsi, les choix faits par les élus ont souvent des conséquences inattendues mais qui grèvent les moyens dont on dispose pour sa retraite!

Commenter
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement