Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Transformation numérique

Transformation numérique : pourquoi il faut repenser la gouvernance des projets

Publié le 08/07/2022 • Par Gaëlle Ginibrière • dans : France

AdobeStock_229266740_alphaspirit
alphaspirit / Adobe Stock
L’IAE de Paris-Sorbonne et le cabinet de conseil Artimon ont organisé début juillet un colloque dédié aux enjeux et leviers de la transformation digitale. L’occasion de pointer la nécessaire réflexion sur la gouvernance des projets de ville intelligente, ainsi que le cadre des relations public-privé.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

La question de la gouvernance des « villes et territoires intelligents » était au cœur des échanges du colloque de l’ IAE de Paris-Sorbonne et du cabinet de conseil Artimon, qui a réuni le 6 juillet des universitaires et des praticiens de collectivités territoriales.

Doctorant à l’IAE de Pau-Bayonne, Pascal Frucquet souligne que les collectivités territoriales engagées dans des politiques de smart city font évoluer leur gouvernance vers de plus hauts degrés de proactivité et d’ouverture. « Les enjeux de transformation des organisations [à travers notamment la capacité à mener les projets de façon transversale] et de construction de gouvernance en réseaux [qui créée une dynamique d’ouverture sur le territoire] est essentielle », décrit-il.

Faire, faire faire, ou laisser faire

La place accordée aux acteurs du privé suppose également de revoir les cadres classiques. « Souvent les projets viennent d’eux et ces nouveaux acteurs ont besoin d’une certaine marge de manœuvre. Pour les collectivités, des arbitrages sont donc à opérer entre faire elles-mêmes, faire faire, ou désormais laisser faire. Dans cette dernière option, il ne s’agit pas de laisser faire n’importe quoi, mais d’introduire de nouvelles formes de régulations, qui peuvent passer par des normes ou des chartes de bonne utilisation et de bonnes pratiques », assure Carine Staropoli, directrice de la chaire Urban New Deal de Paris School of Economics.

[60% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Découvrez nos formules et accédez aux articles en illimité

Je m’abonne

Cet article est en relation avec les dossiers

Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Transformation numérique : pourquoi il faut repenser la gouvernance des projets

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement