Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Transports ferroviaires

Des TGV bien remplis, mais des trains du quotidien encore peu fréquentés

Publié le 08/07/2022 • Par Nathalie Arensonas • dans : actus experts technique, France

TGV-gare-Bordeaux
RODOLPHE ESCHER
Dans son bilan annuel sur le marché ferroviaire français, l’Autorité de régulation des transports (ART) observe dès 2021 la reprise de la fréquentation dans les trains, avec cependant des différences suivant la nature des lignes. L’été 2022 ne fait que confirmer la tendance avec un nombre de réservations record. Le seul concurrent de la SNCF, Trenitalia, ne permet pas encore de répondre à la demande.

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

La flambée du prix des carburants fait préférer le train aux Français et, à la veille des grands départs en vacances, la SNCF racle ses fonds de dépôts pour mettre un maximum de rames sur les rails. La compagnie ferroviaire, secouée par la grogne de ses cheminots qui demandent une hausse de salaire pour faire face à l’inflation, attend un million de voyageurs de plus qu’en 2019, avant la pandémie de Covid. Elle a mis en vente 500 000 places supplémentaires dans les trains cet été pour répondre à une demande record.

Cet engouement pour le train, l’observatoire de l’ART le mesure depuis 2021 avec un niveau de fréquentation proche de celui d’avant le déclenchement de la crise sanitaire. Dans son bilan annuel sur le marché ferroviaire, l’ART indique en effet qu’en 2021, la fréquentation des trains (hors Eurostar qui régresse de moitié) a atteint en moyenne 76 % de son niveau d’avant-crise et que les TGV ont même rattrapé leur niveau de fréquentation de 2019. Cette reprise ne se vérifie pas sur les lignes TER, Transilien et RER, qui peinent à retrouver leur niveau d’avant-crise (66 %). Les Intercités, eux, ont rattrapé à 87 % leur retard.

Trenitalia intéressée par les TER

Dans son rapport, le régulateur observe aussi l’état de la concurrence ferroviaire à peine entamée en France pour l’activité trains de voyageurs (elle est effective depuis 1997 pour le fret). Quatre ans après la promulgation de la réforme qui libéralise le marché ferroviaire hexagonal, le seul concurrent de la SNCF est à ce jour Trenitalia, qui a lancé fin 2021 sa Frecciarossa entre Paris, Lyon et Milan. A raison de plusieurs allers-retours quotidiens.

Les Zefiro rouges de l’opérateur public italien affichent un taux de remplissage de 90 % sur le Paris-Milan et 50 % sur ses navettes Paris-Lyon avec des billets proposés à partir de 23 € (contre 16 € à 25 € en prix d’appel de la SNCF). Pour donner la réplique, la SNCF a ouvert en avril dernier une nouvelle liaison en trains classiques et à petits prix entre Paris, Nantes et Lyon.

Trenitalia a récemment fait savoir qu’elle s’intéressait au marché des TER que certaines régions françaises commencent à ouvrir à la concurrence, comme elles y sont autorisées, avant d’y être obligées à partir de décembre 2023. Paca a été la première à passer à l’acte, en attribuant symboliquement deux lots de lignes à la SNCF et son concurrent Transdev, filiale de la Caisse des dépôts. Cinq autre régions, Hauts-de-France, Grand Est, Pays de la Loire, Ile-de-France et Bourgogne – Franche-Comté, ont approuvé mi-2022 une procédure et un calendrier d’ouverture à la concurrence de leurs TER.

Il existe d’autres potentiels concurrents de la SNCF, comme l’espagnol Renfe, qui s’est porté volontaire pour une liaison Lyon-Marseille mais butte sur des difficultés techniques pour faire homologuer son matériel. Ou la coopérative ferroviaire Railcoop, ainsi Le Train, qui veut faire rouler des TGV dans le Sud-Ouest, mais rencontre aussi des obstacles. Quand ce ne sont pas des difficultés pour dénicher du matériel roulant d’occasion, c’est le niveau des péages versés à SNCF Réseau, le gestionnaire de l’infrastructure, qui effraie la concurrence. Selon l’ART, ces droits de circulation sont parmi les plus élevés d’Europe : presque dix fois plus chers qu’en Allemagne, huit fois plus qu’en Italie, relève le régulateur.

A ce rythme, le réseau ferré français, qui est beaucoup moins utilisé que la moyenne des réseaux européens, n’est pas près d’être saturé.

Jean Castex, nouveau président de l’AFITF

On connaissait l’amour de l’ancien Premier ministre pour les transports ferroviaires, lui qui avait écrit un livre sur le mythique train jaune. Jean Castex va pouvoir mettre à profit ses connaissances dans ce domaine à travers sa future fonction de président du conseil d’administration de l’AFITF, auquel vient de le nommer le Président de la République. Afin de prendre définitivement ses fonctions, il faudra que cette proposition de nomination voit validée par les commissions intéressées du Sénat et de l’Assemblée nationale. Il succédera à ce poste à Christophe Béchu, nommé lundi 4 juillet ministre de la Transition écologique et de la cohésion des territoires.

 

Thèmes abordés

Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Des TGV bien remplis, mais des trains du quotidien encore peu fréquentés

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement