Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Réforme territoriale

Décentralisation : les quatre vérités d’Edouard Philippe

Publié le 07/07/2022 • Par Jean-Baptiste Forray • dans : A la une, France

Edouard Philippe
Twitter Valentin Belleval
Lors des universités d’été de l’Association des directeurs généraux des communautés de France, l’ancien Premier ministre a dénoncé « le jeu politique déplorable et pathétique entre l’État et les collectivités territoriales ».

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Au moment même où Elisabeth Borne prononce, ce 6 juillet, son discours de politique générale à l’Assemblée nationale, l’ancien Premier ministre, Edouard Philippe, prend sa casquette de président de la communauté urbaine du Havre. Devant les universités d’été de l’Association des directeurs généraux des communautés de France, réunis à Deauville, le Normand se penche sur les relations tourmentées entre l’Etat et les collectivités territoriales.

Sans fard, il dénonce un « jeu politique pathétique et déplorable ». De chaque côté de la barrière. « L’Etat se sent dépositaire de l’intérêt général et considère que les collectivités portent uniquement des intérêts particuliers », jauge-t-il. De son côté, l’élu local est atteint du syndrome : « Tout ce que je fais, même avec l’argent des ...

[80% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Découvrez nos formules et accédez aux articles en illimité

Je m’abonne
1 Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Décentralisation : les quatre vérités d’Edouard Philippe

Votre e-mail ne sera pas publié

GROUCHO

08/07/2022 09h09

Pas mal les propositions d’Edouard Philippe… mais on peut aller un peu plus loin en n’interdisant pas le cumul des mandats pour les membres du Sénat tout en interdisant le cumul des indemnités.

Il pourrait aussi en être de même pour les Députés!

Cette solution présente de nombreux avantages étant donné que par une simple modification de la loi, le cumul des indemnités des élus territoriaux devrait de fait ne pas être supérieur à celui d’un Député ou d’un Sénateur. Je suis à peu près certain que cela « libérerait » des fonctions et permettrait ainsi un renouvellement plus rapide de nos représentants.

Je trouve en effet, dans la situation où se trouve une grande partie de la population que parmi ceux qui représentent notre pays, certains bénéficient de revenus largement au-dessus de la moyenne de la population et bien entendu de la médiane!

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement