Energie

Jean-Marc Jancovici : « Climat : mettre en place une économie de guerre »

| Mis à jour le 22/07/2013
Par • Club : Club Techni.Cités

Pour Jean-Marc Jancovici, nous vivons sous la triple contrainte du dérèglement climatique, de la dépendance vis-à-vis de ressources fossiles déclinantes et de l’argent rare. Dans ce contexte, le spécialiste de l’énergie et du climat invite, dans son dernier ouvrage, à « changer le monde ». Quelle contribution peuvent y apporter les collectivités territoriales ? Interview anti-idées reçues.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

cet article fait partie du dossier

Le nucléaire français en questions

Vous dénoncez nombre de fausses bonnes idées, à commencer par la croyance selon laquelle les énergies renouvelables contribuent à lutter contre le changement climatique. Les collectivités, qui y voient en outre un vecteur de développement local, font-elles fausse route en les mobilisant ?

Toutes les énergies renouvelables ne se valent pas, et donc il faut, pour chacune, regarder le coût à la tonne de CO2 évitée par sa mise en œuvre, sachant que l’on ne pourra pas mettre autant d’argent que l’on voudrait sur toutes les filières en même temps. Ce coût est très élevé pour la production d’électricité d’origine éolienne et exorbitant pour celle issue du photovoltaïque.
Ce qui est local n’est pas forcément avantageux et le sympathique slogan « Small is Beautiful » ne se vérifie pas toujours dans les faits.
En outre, pour l’électricité il n’y a aucun intérêt à faire, en France, de la production locale, qui reviendra toujours plus cher que la production centralisée, par ailleurs peu émissive puisque fondée à 75 % sur le nucléaire et à 15 % sur l’hydraulique.
Dès lors que le réseau de transport et de distribution existe, investir dans la production décentralisée d’électricité, c’est jeter par les fenêtres un argent dont on a cruellement besoin pour financer la réduction de la demande. Plutôt que de poser des panneaux photovoltaïques dans l’Hexagone, il serait bien plus pertinent, pour l’industrie française et le CO2 planétaire, d’investir dans le solaire à concentration au Maghreb.

Le développement de la chaleur renouvelable vous semble, à l’inverse, plus justifié…

La question se pose en effet en des termes différents pour la chaleur, qui se transporte très mal et dont le gisement (géothermie basse température, bois) est bien réparti. Le bois constitue le deuxième poste de déficit de la balance commerciale, alors que la France dispose du premier gisement forestier d’Europe ! Pour les collectivités, il y a là un vrai domaine à investir.
Une politique de filière doit développer, sur une forêt en croissance régulière, à la fois des puits de carbone, du bois matériau et du bois énergie, le tout étant créateur d’emploi.
Dans les zones peu boisées ou dépourvues de ressources géothermiques, la récupération de la chaleur produite par les centrales nucléaires (1) pourrait, avec le développement du chauffage urbain, s’avérer une solution intéressante.

Est-elle techniquement et économiquement viable ?

La production combinée d’électricité et de chaleur à partir de centrales nucléaires est faisable techniquement. La question se pose en termes économiques : quel niveau de prix les énergies fossiles devront-elles avoir atteint pour que la cogénération nucléaire – et notamment la desserte en chaleur de populations situées au moins à 50 km des centrales – devienne compétitive ?
Face au double défi du changement climatique et de la dépendance aux énergies fossiles déclinantes que sont le pétrole et le gaz, il s’agit de se placer dans une économie de guerre et d’affecter massivement les ressources là où elles sont efficaces. La cogénération nucléaire peut être l’objet d’une action massive, qui sera source d’emplois et même d’exportations.

Autre politique locale moins favorable au climat qu’elle n’y paraît : l’implantation du tramway.

Le coût de la tonne de CO2 évitée grâce à ce mode de transport n’est en effet pas toujours des plus probants. Seul un passager de tramway sur dix a abandonné sa voiture, les autres voyageurs utilisaient déjà les transports en commun ou… se déplaçaient moins ou à pied.
Il faut aussi compter avec le trafic automobile induit en bout de ligne. La construction des infrastructures et du matériel roulant est source d’émissions, encore plus marquées pour un projet ferré s’il recourt à de nombreux tunnels et viaducs. La ligne E du RER aura « remboursé » sa dette carbone dans plus d’un siècle. Les nouveaux projets de transports en commun renforcent certes l’offre de mobilité ; ils ne réduisent pas nécessairement la vulnérabilité face au pétrole.

Les collectivités doivent-elles finalement mettre l’accent sur le bâtiment, l’urbanisme et l’aménagement du territoire ?

Elles ont certes un rôle à jouer en matière de rénovation thermique des bâtiments, mais leur intervention ne peut efficacement se déployer que si l’Etat fixe un cadre national : réglementation thermique, outils de financement, formation des artisans. Or, l’Etat n’a pas aujourd’hui la volonté de faire de la décarbonisation de la société la colonne vertébrale de son programme économique et les collectivités sont un peu livrées à elles-mêmes.
Pour ce qui est de l’urbanisme et de l’aménagement du territoire, leur première tâche est d’investir dans une économie qui augmente la résilience du territoire face à la raréfaction annoncée du pétrole et du gaz.

Dans un contexte d’« oil crunch » (augmentation de long terme du prix du baril et baisse des volumes disponibles), les politiques d’urbanisme doivent avant tout éviter d’induire un accroissement de la demande de transports.
Dans le cadre du Grand Paris, implanter des zones d’activités autour des transports collectifs pourrait susciter des déplacements en voiture, si les logements voisins ne sont pas achevés ou trop chers. En outre, il faut s’attendre à une baisse sensible de l’immobilier en grande banlieue, ce qui en renforcera l’attrait économique alors qu’il faudrait en sortir !

Attention aussi à l’idée reçue selon laquelle l’activité tertiaire correspondrait à une dématérialisation sobre en énergie : elle est au contraire liée à une société très énergivore, les emplois de bureau restant basés sur des flux physiques intervenus « ailleurs » (pour construire, équiper et entretenir des locaux, mais aussi pour permettre « ailleurs » l’activité industrielle, qui justifie une activité tertiaire qui en dépend toujours à un moment où à un autre).
L’implantation d’une grande surface signifie des importations de produits fabriqués « ailleurs », notamment en Chine à grand renfort de charbon. Cela fait le bonheur du consommateur, mais le drame du salarié (qui au final se confondent). Dans les villes, le tertiaire occupe des surfaces équivalant à la moitié de celles de logement.

Comment, dans un contexte de finances locales tendues, faire accepter aux collectivités l’idée qu’elles pourraient, un jour, être assujetties à une taxe carbone ?

Les collectivités locales vivent de l’impôt ; pourquoi seraient-elles contre une taxe par principe ? Cette taxe sera de toute façon payée demain, aux pays fournisseurs d’énergie fossiles.
Une hausse de 50 dollars du prix du baril de pétrole équivaut à une taxe carbone de 100 euros la tonne de CO2 : c’est le niveau que projetait, pour 2030, la commission « Rocard », qui avait réfléchi aux conditions de mise en œuvre de la « contribution climat énergie » (2), inscrite dans le « Pacte écologique » signé par le candidat Sarkozy.

L’outil visait une réduction progressive de la consommation d’énergies fossiles, ce qui aurait certes suscité des efforts, mais il n’y a plus d’option sans effort. Soit on se paie la taxe à soi-même et l’argent reste chez nous, soit on subit des chocs pétroliers à répétition et l’argent part ailleurs, et nous subissons inflation et chômage.

Parcours

Né en 1962, Jean-Marc Jancovici est consultant depuis une vingtaine d’années. Ce polytechnicien, également diplômé de l’Ecole nationale supérieure de télécommunications, a notamment développé, pour l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie, la méthode du « bilan carbone ».
Associé aux réflexions de la fondation Nicolas Hulot (rebaptisée Fondation pour la nature et l’homme), il est co-auteur du « Pacte écologique », soumis aux candidats à la présidentielle de 2007. Cette même année, il fonde, avec l’économiste Alain Grandjean, Carbone 4, cabinet de conseil en stratégie carbone.
Ce « pro-nucléaire » affiché est membre de la commission d’experts de l’énergie, chargée en septembre par le gouvernement d’évaluer divers scenarii énergétiques à l’horizon 2050, dont une sortie progressive de l’atome.

Dernier ouvrage : « Changer le monde », mai 2011, Calmann-Lévy

Dossier
Commentaires

3  |  réagir

23/02/2012 11h59 - Roberto

Le réchauffement climatique n’est que de quelques % d’origine humaine. Il provient d’un cycle solaire, comme il y en a déjà eu des milliers et dont le dernier date du moyen âge…
On est donc devant une immense escroquerie intellectuelle qui amène un gaspillage de fonds et va finir par ruiner la société, argent prélevé sur les citoyens actifs et détourné d’autres priorités comme la pauvreté, la santé, l’éducation, etc..
Bien sûr l’économie d’utilisation des énergies fossiles est impérative, comme la recherche de substituts et la sobriété de consommation reste une vertu dans notre société d’égoïsme et de gaspillage généralisés.
Mais, de grâce arrêtez de culpabiliser le peuple et d’émettre des YAKA FOKON totalement impossibles à mettre en oeuvre…Le préchi precha ne fait pas avancer l’humanité. Mettez vous au boulot plutôt que de vous draper dans une posture morale confortable.
A bon entendeur salut !

Signaler un abus
06/11/2011 10h11 - manava22

il faut décarboner l’économie française

Signaler un abus
01/11/2011 02h28 - jane

J’avoue ne pas avoir tout compris sur ce domaine pourtant fascinant. Je pense que se structurer autour de la filière du bois serait une bonne piste surtout si on pense aux débouchés en matière d’emploi. Peut-être que les collectivités devraient recruter des agents compétents pour proposer des projets en ce sens au lieu d’investir dans des manifestations à but électoral.

Signaler un abus

Ajouter un commentaire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - Antony Parc 2, 10 place du Général de Gaulle, La Croix de Berny – BP 20156, 92 186 Antony Cedex ou en cliquant ici.

L'actu Technique

  • La REP tabac avance clopin-clopant

    Les collectivités pourront prochainement bénéficier de soutiens financiers des cigarettiers pour financer le nettoiement des mégots abandonnés sur le domaine public… à un niveau qui est loin des espérances pour 2021 et 2022. L’éco-organisme représentant ...

  • Scot : deux ordonnances pour moderniser et rationaliser la hiérarchie des normes

    Les deux ordonnances du 17 juin 2020 étaient prévues depuis la promulgation de la loi n° 2018-1021 du 28 novembre 2018 portant évolution du logement, de l’aménagement et du numérique. Elles résultent de l’habilitation donnée par le Parlement au ...

  • L’État tente d’intégrer la sobriété environnementale dans la croissance du numérique

    Une feuille de route « numérique et environnement » dévoilée le 23 février introduit quelques tentatives de régulation dans ce sens. L’amélioration des connaissances des impacts en est le volet préliminaire... et le plus fourni, à l’heure où le ...

  • Les énergies renouvelables, vecteurs d’emplois

    Alors que le dernier baromètre des énergies renouvelables de la FNCCR montre un ralentissement du développement en 2020, l'étude rappelle qu'elles sont aussi un critère économique à ne pas négliger. La preuve avec les chiffres d'affaires et les emplois qu'elles ...

Offre découverte 30 jours gratuits !

dernières offres d’emploi

Formations

Evènements

services

Thèmes abordés

menu menu

Club Techni.Cités : l'information pour les techniciens de la FP