Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club Acteurs du sport

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club Acteurs du sport

Financements

En Isère, le département soutient les clubs porteurs de projets sociaux

Publié le 07/07/2022 • Par Véronique Vigne-Lepage • dans : A la Une acteurs du sport, Actu expert acteurs du sport, Actu expert santé social

Pays Voironnais Basket club
DR
Depuis dix ans, les clubs sportifs amateurs de haut niveau isérois bénéficient de financements sur 4 ans du Département, à condition de développer des actions de promotion du sport pour tous. C’est l’objet du Contrat d’objectifs sport Isère que la collectivité vient d’étendre aux comités départementaux.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Cet article fait partie du dossier

Développer sa politique sociale par le sport

Cette année, le Conseil départemental de l’Isère augmente encore le budget important qu’il consacre aux clubs sportifs amateurs de haut niveau : celui-ci passe de 820 000 € en 2021 à 850 000 € en 2022. En effet, de nouveaux clubs rejoignent les 31 autres déjà signataires d’un Contrat d’objectifs sport Isère (Cosi) avec le département.

Créé il y a dix ans, ce dispositif vise à les accompagner dans un contexte de raréfaction des financements publics et, ainsi, à faire rayonner le sport départemental. « La volonté a été d’alléger les démarches de ces clubs, en regroupant tous les dossiers de demandes de financements (des frais de déplacement, de location de minibus, etc.) en un seul, explique Yannis Ameziane, chef du service jeunesse et sport du département. Par ailleurs, comme ils ont un budget à présenter, la collectivité a décidé de leur apporter de la visibilité, en s’engageant sur quatre ans ». Les conventions 2020-2024 sont ainsi actuellement à mi-parcours.

Réciprocité des aides

Depuis dix ans, l’Isère a fait évoluer les modalités de financement et les critères de ce Cosi. La performance reste l’un des principaux, puisque le dispositif n’est accessible qu’aux clubs évoluant dans les quatre plus hauts niveaux de leur discipline. Mais la collectivité veut aussi « accompagner les déboires sportifs » et laisse un an au club rétrogradé pour retrouver le haut niveau (deux ans depuis la crise sanitaire).

« Ce qui compte, assure Yannis Ameziane, c’est le projet sportif ». Le volet social pèse désormais presqu’autant que les résultats en compétition : « Au titre de la réciprocité des aides et de leur visibilité sur 4 ans, poursuit-il, nous demandons aux clubs d’engager des projets territoriaux pour l’accès des personnes handicapées au sport, pour des actions dans les quartiers, pour le sport santé ou encore pour la pratique féminine ».

Ces sujets rejoignent des priorités de la Conférence régionale du sport Auvergne-Rhône-Alpes, mais pour le chef de service départemental, « il n’y a pas encore de passerelle claire avec celle-ci : les financements de l’ANS, qui font l’objet d’une délibération annuelle à la Conférence régionale, peuvent plutôt être des accélérateurs de projets ». De même, les clubs peuvent répondre aux appels à manifestation d’intérêt que lance par ailleurs le Conseil départemental (dernier en date, bouclé le 30 juin, un appel à la création de plateformes de sport-santé), mais ceux-ci n’apportent pas la visibilité permise par le Cosi.

Fonctionnement et investissement séparés

Le Département, qui met en effet l’accent sur l’accompagnement au long cours, distingue par ailleurs depuis quelques années, dans cette convention, les subventions éventuelles d’investissement. Afin qu’elles « ne biaisent pas les montants », celles-ci sont désormais inscrites en parallèle de l’aide au fonctionnement.

Selon le chef de service du Département, ce dispositif a « incité certains clubs à investir de nouveaux champs, comme le sport féminin ; et d’autres, à valoriser le travail de fond qu’ils conduisaient déjà ». La certitude d’un financement sur 4 ans leur permet par exemple d’intégrer des alternants en management du sport ou en événementiel. Cela a par exemple décidé le Pays voironnais basket club (PVBC) à proposer une alternance à un jeune terminant un stage ou encore à embaucher un agent de développement pour conduire des animations dans les quartiers de l’agglomération.

« Le Cosi nous a permis de mieux structurer, formaliser et donner plus d’ampleur à ce que nous faisions déjà », assure Pierre Gafforini, manager général de cette équipe. Nous avons doublé par exemple le nombre d’enfants des quartiers touchés par nos actions ». Même s’il admet que le développement de ces dernières nécessite des bilans et autres « tâches administratives », il se félicite ainsi d’avoir signé ce Cosi avec le Département.

Les comités sportifs départementaux aussi

Facultatif, ce dispositif emporte ainsi l’adhésion de tous les clubs éligibles. Devant ce succès, le Conseil départemental l’a donc dupliqué, depuis cinq mois, aux Comités sportifs départementaux. Emanations des fédérations, ceux-ci n’ont pas de résultats à présenter en termes de performance, mais ils sont à même de se positionner sur des projets de développement territorial du sport, avec un engagement réciproque sur deux saisons.

Ils bénéficient ainsi d’une aide au fonctionnement calculée aux proratas de leurs nombres de clubs, de licenciés et de salariés permanents et, de manière là encore distincte, d’une subvention sur deux saisons de leurs éventuels projets. Le Comité départemental olympique (qui gère les dispositifs Prescri’Bouge, de sport en milieu rural, Terre de jeux, etc.) est le premier concerné, avec 200 K€/an prévus pendant 2 ans. Quarante autres comités ont signé un Cosi, pour un budget global de 585 k€.

Thèmes abordés

Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur le Club Acteurs du sport

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

En Isère, le département soutient les clubs porteurs de projets sociaux

Votre e-mail ne sera pas publié

Club Acteurs du sport

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement